Butembo : la société civile décrie l’abandon de la population par les autorités

Des manifestants contre la persistance de l’insécurité à Butembo, jeudi 23 décembre 2021. Ph. Manzekele M.

La Coordination de la société civile, forces vives de Butembo, constate que la population locale semble être abandonnée par les autorités de suite de la résurgence de cas d’insécurité.

Le président de la structure citoyenne cite l’assassinat, la nuit de mercredi 22 au jeudi 23 décembre 2021, de Mumbere Muhavirwa Jackson, taximan de l’ATAMOV.

Dans une déclaration rendue publique ce vendredi 24 décembre 2021, Pasteur Mathe Saanane présente cette inquiétude de la population et recommande la prévention de tout trouble sécuritaire. En plus de l’assassinat du taximan, la répression de la manifestation qui contestait cet assassinat a fait des dégâts humains et matériels.

« Pourtant, les manifestants sont descendues dans les rues pour exprimer leur ras-le-bol face à une crise sécuritaire », fait remarquer le président des forces vives de Butembo.

Pour éviter que pareille situation ne survienne, Pasteur Mathe Saanane conseille à la police de travailler professionnellement en respectant les droits humains et en se réservant de dissiper les minutions inutilement. « C’était inopportun de tirer les balles réelles sur des manifestants sans armes, vulnérables et réclamant la paix », interpelle-t-il.

Bien plus, il veut l’interpellation des éléments de l’ordre ayant trempé dans des arrestations arbitraires, des vols et extorsion des biens pendant cette manifestation. Aux manifestants, il rappelle qu’à pareil situation, ils doivent agir sans violence pour ne pas s’attiser du tort. La grande chose qu’attend la Coordination de la société civile force vives de Butembo, c’est le démentiellement des auteurs de toute forme de l’insécurité à Butembo.

Patrick Kalungwana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.