Massacres continuels dans l’Est de la RDC : la NSAC appelle à l’incivisme fiscal

La Nouvelle Synergie des Associations et Corporations, de Beni, Butembo, et Lubero (NSAC), annonce des manifestations et recommandations susceptibles de ramener la paix et la sécurité au Nord-Kivu et en Ituri. Ces actions et plaidoyers ont été communiquées au cours d’un point de presse que les membres de cette NSAC ont tenue à la Passerelle de l’ITAV, à 10 heures 30 de ce lundi 6 juin. Parmi ces actions, la suspension de tout paiement des taxes et impôts.

Dans sa parole, Maitre Joseph T’hata, un des animateurs de cette structure, a d’abord démontré la motivation de la lutte qu’amorce la NSAC. Selon lui, la Nouvelle Synergie des Associations et Corporations trouve anormales la prorogation illogique et continue de l’état de siège plein de limites, la récurrence des massacres des civils innocents, l’insouciance du président à agir pour sanctionner les auteurs de l’insécurité et la privation de l’exonération fiscale aux opérateurs économiques dont les biens ont été pillés ou incendiés dans ce contexte sécuritaire.

Ensuite, Maitre Joseph T’hata a énuméré des actions et pistes de solution pour pallier ces mauvaises conditions de vie. Entre autres, il a cité la suspension de tout paiement des taxes et impôts, à partir de ce lundi 06 juin jusqu’à ce que se rétablisse la sécurité.

“Nous demandons à la population, pour faire entendre sa voix, de ne pas payer les taxes. Vous vous souviendrez que la Constitution consacre les droits et libertés fondamentaux. C’est parmi les droits d’un citoyen. Le citoyen doit exprimer son ras-le-bol, son souci, à l’endroit de l’autorité par différents moyens. Et l’une de ces voies là c’est que nous recommandons la cessation de paiement des taxes et des impôts. Parce que l’on ne peut pas prélever des taxes au cimetière, où les gens sont en train de mourir, là où l’économie est en train d’être ruinée par l’incendie des véhicules, le pillage des biens. Ce qui amplifie, c’est la multiplication des taxes. C’est inacceptable, c’est paradoxal d’ailleurs”, a-t-il lancé.   

En outre, la NSAC sensibilise au port des vêtements ou insignes noires comme signe de deuil jusqu’au 20 juin, à deux soirées funéraires mardi 07 et mercredi 08 juin à partir de 18 heures.

Au cours de ces soirées, chaque citoyen devra apporter sa bougie pour la paix dans un espace public de son quartier. « Aussi, des journées ville morte à Butembo seront vécues jeudi 09 et vendredi 10 juin », annonce la structure.

Bien plus, la NSAC demande au Chef de l’Etat de renouveler les troupes et leurs commandements par d’autres devant être sincères et compétents, de faciliter la poursuite judiciaire des militaires et autres personnes citées dans la complicité dans les massacres pour renforcer la cohabitation pacifique, de mettre fin à l’état de siège et de décréter une approche disjonctive des troupes au front, « étant donné que l’alliance FARDC et UPDF n’apporte pas encore de bon rendement ».

Au Gouvernement, la NSAC plaide pour un inventaire des besoins humanitaires des victimes de l’insécurité afin de leur venir en assistance. Le message de cette structure citoyenne aux acteurs politiques, c’est celui d’agir pour l’intérêt de la Nation en mettant fin « à la prorogation insensée de l’état de siège qui n’a plus sa raison d’être ». Ces actions seront évaluées lundi 13 juin 2022.

Patrick Kalungwana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.