Nord-Kivu : certains députés contre la mesure du gouverneur qui monnaie l’identification des véhicules aux vitres teintées

Des représentants du peuple désavouent la mesure du gouverneur militaire au sujet du monnayage de l’identification des véhicules aux vitres teintées. Maître Mbenze Yotama, député provincial, élu de la ville de Butembo a adressé, le weekend dernier, une correspondance à l’autorité provinciale lui demandant d’arrêter cette pratique qui va à l’encontre de sa note circulaire.

Cet élu de Butembo rappelle que l’interdiction de circulation des véhicules avec vitres teintées visait le rétablissement de la sécurité dans les centres urbains en proie au banditisme urbain.

Maître Mbenze regrette qu’au lieu de faire face à l’insécurité, les autorités provinciales ont transformé la lutte à une sorte de taxe autorisant plutôt la circulation de ces véhicules.

« Nous lui avons démontré que le fait d’annuler ces frais, épargnerait la population d’une certaine tracasserie qui s’enregistre déjà dans le chef de certaines autorités chargées de cette opération. Tout simplement parce qu’elles doivent aussi compatir avec les administrés. Certains sont en train de s’attendre à des mesures d’allégement fiscal, mais on veut encore les imposer de trop », a-t-il martelé.

Au même moment, Saidi Balikwisha, député national, bouscule au niveau du gouvernement central. Il a, de son côté, adressé une correspondance au vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumières depuis le 16 mars 2024.

Il demande l’implication de cette autorité dans l’interdiction de toute forme de tracasserie liée à l’identification des véhicules aux vitres teintées d’origine, en souhaitant qu’on élargisse la période de sensibilisation sur une durée de 90 jours, et réduire sensiblement les frais liés à l’octroi de l’autorisation, de 20 à 5 dollars et accorder une grâce aux véhicules déjà saisis.

Kakule Kilumbiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.