Beni : au moins 5 morts dans des altercations entre jeunes et agents de l’ordre à Mabalako

Des altercations entre un groupe de jeunes venus de Cantine et les services de sécurité de Mabalako en groupement Baswagha-Madiwe en territoire de Beni ont été à la base d’au moins 5 morts. Le fait remonte au lundi 17 juin 2024 à Mabalako, chef-lieu de cette entité coutumière.

Selon la société civile locale, tout est parti de l’arrivée d’un groupe de jeunes qui seraient de Wazalendo en provenance de Cantine. Les services de sécurité à Mabalako ont cherché à désarmer ces jeunes qui, voulant se défendre, ont poignardé un agent de renseignement, rapporte Monsieur Justin Paluku Kavalami.

Sur place, trois personnes étaient mortes et 4autres blessées dont 2graves. Ces dernières ont succombé de leurs blessures amenant ainsi le nombre de morts à Cinq.

« Des jeunes sont venus de Cantine, ils sont arrivés au rond-point de Mabalako où ils ont été arrêtés par un agent de renseignement qui a interpellé l’un de ces jeunes. On a même désarmé les jeunes, c’est quand ces jeunes voulaient réclamer la libération de l’un de leur, et aussi que leurs armes soient leur soient remises, qu’il y’a eu une incompréhension qui a mener à des crépitements des balles. Nous exigeons des enquêtes sérieuses. Nous nous disons : quand on est responsable des services de sécurité on doit avoir des stratégies pour gérer certaines situations, parce que toute situation ne demande pas l’usage des balles réelles », a-t-il rappelé.

La source déplore le fait que ces personnes meurent parce qu’il était impossible qu’elles soient référées à Beni. L’ambulance qui les transportait déjà a été bloquée suite aux barricades sur l’axe routier Mabalako-Kyanzaba le soir de ce même lundi. Les jeunes ont coupé des arbres sur le tronçon placé pour, disent-ils,  empêcher toute éventuelle arrivée de la MONUSCO dans la zone comme cela s’annonçait par des sources non officielles.

La société civile rassure donc la population que ces coups de balle entendus n’étaient pas d’une attaque des ADF comme se rencontrait déjà dans certains coins. Il exige des enquêtes sérieuses afin d’établir les responsabilités  des uns et des autres dans cette fusillade. Justin Paluku Kavalami son président appelle en outre tous les groupes de jeunes motivés pour défendre la patrie à vouloir bien collaborer avec les services de sécurité pour éviter les incidents de ce genre.

Stanley Muhindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.