Nord-Kivu : Retour au calme à Oïcha après une vive tension vécue l’avant midi

Les activités socio-économiques, exceptées les scolaires, ont repris leur rythme normal l’après-midi de ce lundi 28 février 2022 en commune d’Oicha au Nord-Kivu. C’est après une situation tendue observée le matin dans la partie Nord de ce chef-lieu du territoire de Beni. La police annonce avoir interpellé 4 présumés manifestants avant de rétablir l’ordre.

Les jeunes regroupés dans les mouvements citoyens LUCHA et GPPO sont descendus dans les rues pour réclamer la fin de l’Etat de siège. Cette manifestation a coïncidé avec une pluie abondante qui a arrosé le sol de la commune d’Oicha ce matin à partir de 8 heures. La veille, entre 20heures et 22heures, des pneus étaient brulés sur plusieurs Carrefours dans la partie nord de la commune. C’est notamment  à Oicha-premier et Mambabeka.

C’est autour de 7 heures de ce lundi que les manifestants sont descendus dans la rue à partir du monument Rasta sis dans le quartier Oicha-premier. Il s’agit essentiellement des jeunes militants du groupe de pression pour la protection d’Oicha «GPPO» et ceux de la lutte pour le changement (LUCHA). Leur mouvement a été empêché par les dispositifs sécuritaires y renforcés depuis tôt le matin.

Ces militants et militantes dans l’action dénommée «Suka Na Kakato» ont débordé jusqu’à Mambabeka dans le quartier Bakaiku. Là, des rues et avenues ont été barricadées avant l’arrivée de la police. Sur place, la police indique avoir fait usage à la grenade à gaz lacrymogène pour disperser les manifestants. 4 présumés manifestants qui faisaient face à la police par jets de projectiles ont été interpellés. La PNC district d’Oicha dit avoir été alerté sur cette manifestation quelques jours avant, à partir des tracts sur lesquels son service de renseignement est tombé. « Des dispositions sécuritaires ont aussitôt  été prises pour maintenir l’ordre », renseigne une source proche de la police.

La même source indique que le dossier de ces quatre interpellés est en instruction à l’Etat-major PNC district d’Oicha. La police rappelle que tout genre de manifestation populaire est interdit durant tout le temps que prendra l’Etat de siège au Nord-Kivu et en Ituri.

Elle réaffirme la détermination des agents de l’ordre de s’impliquer dans la restauration de l’autorité de l’Etat dans cette partie du pays. Signalons que les activités socio-économiques sont restées paralysées tout l’avant midi de ce Lundi à Oicha. Au Nord, à l’Est tout comme à l’Ouest et au Sud de la commune, les activités scolaires ont été paralysées d’un côté et perturbées de l’autre. Au centre commercial, les activités ont repris le rythme normal dans l’après-midi.

Dans les tracts ramassés, la LUCHA et le GPPO dénoncent l’inefficacité de l’Etat de siège et réclament sa fin. Par ailleurs, ces mouvements citoyens exigent par leurs actions, la libération des militants de la LUCHA arrêtés au cours des manifestations similaires en ville de Beni.

Richard Makulumbe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.