Nord-Kivu : le foyer culturel de Goma lance un projet d’entrepreneuriat culturel d’une durée de 11 mois

Face aux problèmes d’accès aux financements auxquels font face les artistes, suite notamment à la guerre en Ukraine et à la crise liée au Covid-19, le foyer culturel de Goma se lance dans un vaste projet d’entrepreneuriat culturel. Le projet d’accompagnement à l’autonomisation financière du secteur artistique et culturel (PASART) a été présenté, le week-end du 9 au 11 juin, au public de la ville volcanique.

Ce projet qui s’étend sur une durée de 11 mois concerne les artistes, toute discipline confondue, de sept villes de l’Est du pays, dont Goma, Bukavu, Uvira, Kalemie, Bunia, Kisangani et Isiro.

Il vise à rendre les structures et les acteurs culturels, créatifs et artistiques autonomes, du point de vue financier en renforçant leurs capacités professionnelles et en favorisant l’accès à des crédits bancaires et inciter d’autres acteurs du secteur financier privé à accompagner les projets artistiques et culturels.

« Nous allons procéder d’abord à la formation des gestionnaires des centres culturels et autres structures culturelles qui viendront de sept villes de la RDC, à savoir, Goma, Bukavu, Uvira, Kalemie, Bunia, Kisangani et Isiro. Après être formés, ces gestionnaires vont être accompagnés par des structures d’incubation pour leur permettre à savoir comment concevoir un projet bancable mais aussi à savoir faire tout pour que ce projet puisse bénéficier d’un crédit et savoir rembourser ce crédit-là », a dit à ACTUALITÉ.CD, Augustin Mosange, chargé de communication de la maison des jeunes de Goma et du PASART.

Et de poursuivre : « Après les 11 mois du projet, il y aura 10 projets, parmi les 35 structures qui seront concernées, qui vont bénéficier des crédits d’une banque, à travers des projets qu’ils auront présentés. Le projet PASART mettra en gage une somme dans cette banque avec laquelle nous allons travailler et cette somme permettra d’évoluer parce qu’on a constaté que les artistes et les structures culturelles ont des problèmes de gage. Ils n’ont rien à mettre en gage pour accéder à ces crédits et nous, nous allons prendre une partie du financement qu’on mettra en gage dans une banque et ça permettra aux artistes de pouvoir accéder aux crédits sans beaucoup de difficultés ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.