Butembo : certains orphelinats refusent de remettre les enfants à leurs familles (Service des affaires sociales)

Le gouvernement de la République démocratique du Congo n’a jamais abandonné les structures d’encadrement des enfants vulnérables dont les orphelinats. C’est la cheffe du service des affaires sociales en ville de Butembo qui donne cette assurance. Kabuyaya Sivyatsomana Germaine déplore, cependant, que pour des causes non avouées, certains responsables d’orphelinats refusent de remettre les enfants à leurs familles.

Au cours d’un entretien avec RADIOMOTO.NET, ce mardi 4 juillet 2023, la cheffe du service des affaires sociales à Butembo a indiqué que plusieurs plaidoyers ont toujours été menés afin de secourir les orphelinats dans la ville.

A la rédaction de la RADIOMOTO.NET, Kabuyaya Sivyatsomana Germaine a brandi un lot de correspondances rédigées et envoyés aux différents partenaires dans ce sens.

« Nous menons plusieurs plaidoyers afin que ces orphelinats soient appuyés. C’est tantôt chez UNICEF, tantôt chez la MONUSCO, et même auprès de certaines bonnes volontés. A tous ceux-là nous disons merci ; un jour l’OMS est intervenue. Nous avons remis presque un FUSO rempli de matelas à chaque orphelinat. Le gouvernement n’a jamais croisé les bras », a-t-elle recadré.

Elle rappelle certaines normes standards de stricte observance lors la prise en charge des enfants dans un orphelinat. A 6 ans, chaque enfant doit être remis à sa famille ou alors trouvé une famille qui puisse l’adopter, indique Kabuyaya Sivyatsomana Germaine.

« Lors de son apport, nous avons vu 6 cartes d’électeurs brulées dans un orphelinat. C’est dire qu’ils sont déjà majeurs. Ils n’ont plus de place là-bas. Il faut travailler avec le gouvernement à travers le bureau des affaires sociales pour rechercher leurs familles et les réunifier. Et si un enfant manque à sa famille. On le lui donne. Et nous faisons le suivi pour voir si l’enfant est bien traité », a-t-elle déclaré.

Or, les parents adoptifs sont toujours là. Pour des raisons moins claires, les responsables d’orphelinats refusent de libérer les enfants même à leurs familles, déplore-t-elle.

« Plusieurs enfants ont besoin de ces enfants. Mais les responsables n’en veulent pas. Peut-être parce qu’ils ont des dividendes. Certains ont des sponsors en France ou en Italie. Ça nous inquiète », a-t-elle dévoilé.

Il y a quelques jours, un responsable d’un orphelinat a dénoncé le fait que ces structures semblent être ignorées par le gouvernement. Il s’appuyait sur les difficultés qu’ils rencontrent dans la prise en charge de ces enfants. Actuellement le service des affaires sociales à Butembo travaille avec 6 orphelinats qui comptent environs 180 enfants.

Stanley Muhindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.