Butembo : la mairie nie « une prétendue » perception de la taxe de stationnement à la barrière de Kyambogho  

La mairie de Butembo ne perçoit aucune taxe de stationnement à la barrière de Kyambogho en chefferie des Baswagha dans le territoire de Lubero.  C’est plutôt un point de contrôle d’entrée et de sortie de la ville qui fonctionne dans cet endroit.

C’est l’un des superviseurs de la taxation urbaine, Hommage Viseso, qui réagit à la dénonciation de l’ASBL Actions pour la promotion de la démocratie, l’environnement et l’agriculture (APDEA). Cette association voulait savoir les raisons pour lesquelles la ville de Butembo perçoit une taxe dans cet endroit situé en territoire de Lubero.

Hommage Viseso explique que la chefferie des Baswagha et la ville de Butembo coopèrent sans problème par rapport au contrôle de cette taxe de stationnement.

« Quand nous avons des agents à Kyambogho, ils ne sont pas là pour percevoir la taxe. Ils sont là pour contrôler une taxe qui se fait payer à Butembo. Donc, avertit de la loi, Kyambogho ou tous les postes de contrôle : entrées et sorties. Administrativement, Kyambogho est entièrement dans la chefferie. Mais je veux faire savoir à l’opinion que la limite de la chefferie n’est pas celle d’un pays. Donc les ETD collaborent », a-t-il recadré.  

Au niveau de la barrière de Kyambogho, la taxe de stationnement est payée en mode pénalité, c’est-à-dire, le double du montant requis étant donné que le contribuable n’a pas payé à l’endroit indiqué.

« On contrôle ceux qui se sont échappés de la taxation de la ville. C’est 500 FC. Mais quand ils arrivent à la barrière, on fait payer en mode pénalité. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas payé dans leurs milieux réguliers », a-t-il expliqué à RADIOMOTO.NET.

Les personnes sensées payer la taxe de stationnement sont celles dont les engins ont chargé les marchandises à Butembo avec comme destination d’autres entités.

Gerkas Mathe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.