Nord-Kivu : 2 présumés voleurs brûlés vifs sur la route Butembo-Beni

Deux présumés voleurs ont perdu leur vie dans une justice populaire à Lime au village Amini Yesu, le dimanche 16 juillet 2023. Ce drame a vécu vers 20 h dans cette entité située sur la route Butembo-Beni, route nationale numéro 2 en territoire de Beni.

RADIOMOTO.NET s’est rendue sur le lieu pour constater les faits. Ici, plusieurs habitants avaient déjà pris fuite. Ils craignaient d’être interpelés par les forces de sécurité qui sont arrivés sur place pour des enquêtes.

Cependant, Kambale Mukosa Germain, un habitant rencontré sur le lieu de drame, a témoigné de ce fait. Selon lui, les présumés voleurs seraient au nombre de 4 à bord d’une moto. Ils seraient envoyés pour tuer le chef honoraire du village Amini Yesu mais ne l’ont pas fait.

Ces semeurs de troubles ont plutôt été intéressés par l’argent. Ainsi, ils ont pillé 80.000 FC avant de repartir.

La population en alerte les a poursuivis et neutralisé deux parmi eux. Ce sont ces deux qui ont été brûlés vifs. Deux autres se sont échappés dans la nature, explique Kambale Mukosa Germain.

« C’était hier vers 18h30 que nous avons eu des alertes qui a eu des soupçonnés qui venaient d’arrêter notre conseiller. Ils lui ont demandé une somme d’argent. Ils ont dit qu’il y a de personnes qui leur envoient pour le tuer. Dans la peur, il les a donné 80.000 FC. Heureusement, les jeunes se sont mobilisés pour essayer de chercher ces personnes-là. On en a arrêté deux. La population rougie de colère, est passée à l’action. Nous faisions de recours aux FARDC. Elles ont été injoignables. Les deux personnes ont été brûlées vives », a-t-il témoigné.

Kambale Mukosa Germain, appelle la population au calme et à la vigilance. Il compte aussi sur les services de l’ordre pour punir tout semeur des troubles, surtout les remettre à la disposition de la Justice afin qu’ils soient jugés.

Presque tout l’avant midi de ce lundi, les deux corps gisaient encore sur le lieu de crime entourés par les militaires des FARDC. C’est en attendant que des agents de la Croix-Rouge arrivent pour l’enterrement sécurisé.

Esther Vwiravwahali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.