Butembo : le faible débit de sources d’eau parmi les causes qui favorisent la sècheresse (Experts)

Parler de difficultés que rencontrent les intervenants dans l’approvisionnement de la ville de Butembo en eau potable, c’est ce qui a réunis le service de l’Energie, les ingénieurs et différentes sociétés qui travaillent dans ce domaine.  L’échange s’est déroulé  dans l’une des salles de réunion de la REGIDESO à Furu, à l’occasion de la journée internationale de l’eau, ce vendredi 22 mars 2024.

Différentes sociétés ont évoqué la diminution des débits de sources d’eau comme étant la grande difficulté et qui conduit à la carence actuelle de l’eau. Une autre difficulté c’est la contamination des nappes aquifères par des toilettes. C’est par exemple l’ACKA qui produisait jagis12 litres, par seconde, mais qui, actuellement, produit 5 litres.

La production de l’ACEKAVU a aussi diminué de 10 litres à 6 voire 5  litres par seconde. Le déboisement et la construction anarchique dans les milieux où se trouvent les sources d’eau ont été aussi citées parmi les causes.

C’est pourquoi, le chef du service de l’Energie à la mairie de Butembo appelle la population au respect des zones de captage d’eau mais aussi les sociétés de production, à accentuer la sensibilisation auprès de la population.

« Il y a ce qu’on appelle des zones de captage. Ces zones de captage doivent être protégées de façon à ce que la nappe souterraine ne soit pas entamée ou contaminée. Surtout les latrines, elles contiennent de l’eau. Nous comme pouvoir public, allons intervenir pour empêcher aux gens de faire l’agriculture là où se trouve des points d’eau », a-t-il promis.

Ce vendredi, le service de l’énergie estime à, au moins 25%, la population desservit en eau dans la ville. Il encourage les sociétés à fournir plus d’efforts pour desservir toute la ville.

Esther Vwiravwahali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.