Beni : la société civile menace d’appeler à l’autoprise en charge populaire après le massacre d’une dizaine de civils à Sayo et Kasanga-Tuha

Au-moins quinze corps des civils, tous décapités, ont été retrouvés puis levés, la matinée de dimanche 14 avril 2024, dans les quartiers Kasanga-Tuha et Sayo en commune Mulekera. Ces cultivateurs auraient été massacrés par des hommes armés supposés de l’Allied democratic forces (ADF) dans leurs champs de Makene, Burutsu, Toda et Mundubiena, le week-end. Révoltée, la société civile de la ville de Beni menace d’appeler à une autoprise en charge populaire.

La coordination urbaine de la société civile de Beni condamne ces actes de terrorisme qui s’impose à la population d’une région sous état de siège.

Maître Pépin Kavota, son président, menace de mobiliser le peuple pour une autoprise en charge, si ces tueries persistent en dépit des efforts ménagés par les autorités compétentes.

« Nous condamnons ces actes de terrorisme qui s’imposent à notre population. Il est ici l’occasion de demander à toute personne de la ville de Beni et de partout ailleurs, qui serait dans le rang de cet ennemi de se désolidariser le plutôt possible. Il a été remarqué que certains éléments de l’ordre sont en train de s’en donner à la vente et à l’achat de cacao. Trop c’est trop ! La population aura à mettre la main sur quelqu’un, ce sera de sa propre faute », a-t-il prévenu. Il sied de noter que les corps des victimes ont été déposés dans la salle des morts de l’Hôpital général de référence (HGR) de Beni ce dimanche. Au total, 38 civils viennent d’être égorgés dans cette partie de la ville depuis le 17 mars dernier.

Siku Province

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.