Nord-Kivu : l’armée recrute pour l’académie militaire édition 2023-2024

Le recrutement des candidats pour l’académie militaire édition 2023-2024 a été lancé au Nord-Kivu depuis le 29 avril dernier. Le colonel Faustin Ndakala, contacté mercredi 8 mai 2024, note que les postulants seront soumis à un concours national au mois de juin prochain. Il appelle à la mobilisation de tous pour servir la nation sous le drapeau national, et annonce le déploiement des lauréats de la dernière édition dans des écoles militaires.

Pour participer à ce concours national, le commandant de la 34ᵉ région militaire informe la population du Nord-Kivu, particulièrement les jeunes, que les FARDC procèdent au recrutement des candidats désireux de servir sous le drapeau national suivant les écoles militaires.

Ils seront, d’abord, soumis à un concours national d’admission à l’académie militaire spéciale pour les gradués, licenciés et docteurs.

Les diplômés d’État seront de leur côté  orientés vers l’académie militaire ordinaire. Les candidats de niveau d’études humanitaires sans diplôme d’État, eux, feront l’école de santé militaire ou l’école des sous-officiers.

Le colonel Faustin Ndakala précise que le concours national pour être admis à ces écoles militaires sera organisé en juin prochain. Il informe également que les FARDC déploient  depuis lundi dernier les lauréats de l’édition 2022-2023 dans des écoles militaires.

« Nous devons encore passer un concours. Présentement, nous sommes en train d’évacuer ceux qui avaient réussi au concours de l’année passée. Ils ont commencé l’évacuation depuis avant-hier. D’autres sont à Kinshasa, d’autres attendent l’avion pour l’évacuation. Ils sont à Goma. Ceux qui trainent le pas, qu’ils viennent d’urgence à Mambango », a-t-il mobilisé.

Il appelle à la mobilisation générale et précise que l’enregistrement se fait à Mambango pour ceux de Beni ou dans une unité des FARDC la plus proche. Le colonel Faustin Ndakala souligne que les dossiers seront aussi réceptionnés au bureau du territoire de Beni.

« Qu’ils viennent. Les conditionnalités sont là. S’ils n’ont pas le moyen d’arriver à Beni, ils peuvent se faire enregistrer auprès d’une unité administrative », a-t-il orienté.

Quant aux critères exigés, il faut être de nationalité congolaise, être célibataire et âgé de 18 à 25 ans, avoir une bonne moralité, être en bonne santé et physiquement apte, être détenteur d’un diplôme d’État, de graduat ou de licence et n’avoir aucun antécédent judiciaire.

Samy Kitha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.