Butembo : le mouvement Cheval-Blanc s’en va en guerre contre les détracteurs des communautés de l’Est du Nord-Kivu

Cheval-Blanc, un mouvement antigang de la ville de Butembo, tire la sonnette d’alarme pour interpeller tout groupe de pression ou mouvement citoyen qui pose des actions qui donnent couloir aux ennemis. Le coordonnateur de ce groupe s’est confié à RMBB à ce sujet samedi 18 juillet 2020.

D’emblée, Cheval-Blanc recommande à la jeuneuse de couper les cordons avec l’ennemi qui pille les biens, brûle les kiosques et casse des carreaux de bâtiments à Butembo et environs.

D’après les analyses faites sur terrain, ce même groupe antigang dit avoir constaté une politique d’appauvrissement des communautés autochtones de l’Est du Nord-Kivu. Une politique menée par les groupes armés et certains politiciens cupides.

« Des organisations dites de pression appliquent leur loi sur la paisible population en organisant des journées ville morte par lesquelles ils profitent pour piller, casser les motos et camionnettes, et détruisent les biens de paisibles populations, voir une façon de règlement des comptes qui s’affiche dans l’ombre, cela dans le but d’appauvrir la population ; le vœu de l’ennemi depuis nos ancêtres », a laissé entendre Luvatsungana Paty, coordonnateur du groupe Cheval-Blanc.

Cheval-Blanc invite les parents à un encadrement responsable « de cette jeunesse trompée par les groupes armés et certains politiciens cupides.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.