Butembo-Lubero : les enfants démobilisés face à la discrimination dans la communauté

Le parlement d’enfants de Butembo-Lubero s’inscrit en faux contre la discrimination des enfants démobilisés à travers la province du Nord-Kivu. Le vice-président de cette structure l’a dit au cours d’une interview accordée à RMBB ce vendredi 12 février en marge de la journée internationale des enfants associés aux forces et groupes armés. Il conseille plutôt à aider ces enfants à rendre effective leur réinsertion dans la société pour contribuer au développement.

Dans la province du Nord-Kivu, certains enfants démobilisés sont victimes de discrimination au sein de la Société à cause de leurs actes commis dans des groupes armés. Dans son message à cette occasion, Mapenzi Muhasa, vice-président du parlement d’enfants Butembo-Lubero lance un SOS à la communauté, celui d’entrer dans le processus de lutte contre le recrutement des enfants dans les groupes armés. Aussi, il demande d’accepter leur réinsertion dans la communauté en cas de leur reddition.

« Quand il y a un enfant qui a été associé aux groupes armés, il ne faudra pas que la communauté puisse le discriminer. C’est enfant comme d’autres. Comme il revient dans la communauté, il a besoin d’être bien formé. Il faut plutôt définir des stratégies pour qu’il puisse retrouver sa vie normal », conseille le parlement d’enfants.

Dans un entretien avec Radio Moto Butembo-Beni ce vendredi, Monsieur Musavuli Prime Metal qui s’occupe de la sensibilisation des enfants soldats dans le programme DDR se félicite du travail abattu par la MONUSCO et les ONG partenaires au cours de l’an 2020.

La journée du 12 février commémore l’entrée en vigueur du protocole facultatif se rapportant à la convention relative aux droits de l’enfant. Ce protocole ratifié depuis 2002 interdit à quiconque l’utilisation d’enfants-soldats à travers le monde.

Evariste Kasereka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.