Nord-Kivu : des arrestations des militants de la LUCHA déplorées à Butembo et Beni

Des éléments de la Police Nationale Congolaise, PNC, ont arrêté des jeunes manifestants qui protestaient contre la MONUSCO. Alors qu’en ville de Butembo les manifestants ont été relâchés, en ville de Beni ils ont été transférés en la prison centrale de Kangbayi. La LUCHA déplore l’étouffement de la liberté d’expression.

Plusieurs points stratégiques de la ville de Beni sont restés garnis des militaires et policiers bien armés et chacun avec un bâton à la main. Un déploiement qui a accentué la peur des opérateurs économiques qui ont tout simplement gardé les portes de leurs boutiques et magasins fermées. Le mouvement citoyen lutte pour le changement a décrété dix jours sans activités jusqu’au départ de la MONUSCO.

A 11heures, les autorités scolaires  ont renvoyé les élèves à la maison à la vue des manifestants essentiellement constitués des militants du mouvement citoyen lutte pour le changement. La LUCHA exige aussi le départ du système des nations unies pour leur inefficacité présumée dans la stabilisation de la partie Est de la RDC.  Des militants de la Lucha arretés ont été tranférés en la prison centrale de Kangbayi.

« Nos militants viennent d’être transférés dans la prison de Kangbayi cet après-midi. Ils sont au nombre de 10 dont deux qui sont grièvement blessés. Ils étaient au total 11, une militante est restée dans la prison pour femme », se désole Essai Liko de la LUCHA.

En ville de Butembo, des éléments de la Police Nationale Congolaise, PNC, ont arrêté des jeunes manifestants qui étaient en sit-in au siège de la MONUSCO. Ils ont par la suite été relâchés.  Pendant ce temps, des activités commerciales sont restées paralysées toute la journée.  A FURU, des jeunes ont barricadé l’artère principale pour monnayer le passage à tout usager routier.

Cette manifestation fait suite à celle du groupe de pression Veranda Mutsanga Beni qui avait mobilisé plusieurs centaines de jeunes munis d’armes blanches sur la route Beni-Kasindi le week-end dernier à la recherche des ADF. Une action qui a coûté à Fiston Isambiro et tout son comité un mandat d’amené lancé par le substitut de l’auditeur militaire près la cour opérationnelle du Nord-Kivu pour participation à un mouvement insurrectionnel. Le concerné dit garder son sang-froid.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *