Insécurité à Beni : ce calvaire des femmes enceintes en zone de santé de Vuhovi

Les femmes enceintes dans les entités touchées par l’insécurité en chefferie des Bashu dans la zone de santé de Vuhovi traversent le calvaire dans cette partie du territoire de Beni. La plupart d’entre elles ont pris refuge à Vuhovi. Le médecin Directeur de l’hôpital général de référence de Vuhovi a partagé les difficultés de ces femmes à RADIOMOTO.NET, mardi 28 septembre 2021.

Sans kits d’accouchement, dépourvues de moyens suite aux affres de la guerre, elles sont nombreuses à être accueillies à l’hôpital général de référence de Vuhovi. Après l’échange avec le médecin chef de staff de Vuhovi, l’on constate que des femmes sont endormies sur des matelas sur le pavement dans des chambres et d’autres dans les couloirs de la maternité, faute d’espace. Cette structure sanitaire se sent débordée, selon Docteur Robert Kamavu.

« En cette période d’insécurité, nos accouchements ont doublé, voire triplé. Les malades sont même mis en terre. Tous les lis sont occupés et on est obligés de faire ainsi. Que les partenaires viennent nous aider en voyant quelles sont les difficultés », a plaidé chef de staff de Vuhovi en rassurant que l’hôpital fournit des efforts pour assurer les soins aux femmes enceintes et à d’autres patients.

Une des femmes déplacées venue de Kathanda-Kyavisale a mis au monde, il y a peu, à l’hôpital général de référence de Vuhovi. Elle devra rentrer à Butungera, son lieu d’asile. Mais elle se déclare être sans espoir d’honorer sa facture. « C’est le neuvième enfant que je viens de mettre au monde. On meurt de faim parce qu’on est tous venus avec des enfants », a-t-elle lancé.

La fermeture de certaines formations sanitaires dans la partie Nord Est de la chefferie des Bashu est à la base d’une fréquentation sans pareil à l’hôpital général de référence de Vuhovi.

Gerkas Mathe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.