Nord-Kivu : des champs dévastés par les éléphants aux alentours du Parc des Virunga dans le Ruwenzori

Les cultures des agriculteurs sont dévastées par des éléphants sur l’axe Bulongo-Kasindi dans le territoire de Beni (Nord-Kivu). Selon le secrétaire administratif en secteur Ruwenzori contacté par RADIOMOTO.NET ce mercredi 15 décembre 2021, il s’agit des cultures dans les champs riverains du Parc national des Virunga. Pendant que les cultivateurs s’inquiètent,  l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (lCCN) promet de relancer des travaux de construction d’une clôture moderne vers la fin de l’année 2021.

Des Kilomètres de champs ont été dévastés par ces pachydermes au niveau de Kanyatsi, Kyatenga, Kathwekavuya, Hululu, Masambo et Rugetsi. Les cultures les plus ravagées sont celles des maïs et papayes. A ce niveau, Godefroid Siku, secrétaire administratif du secteur Ruwenzori, déplore le délaissement des agriculteurs par l’ICCN.

« Malgré les alertes des chefs locaux, quelques fois l’ICCN ferme les yeux. Parce que c’est vrai que la population contribue à la conservation participative et ne voudrait pas entrer dans le parc. Mais aussi du côté parc, qu’ils protègent les cultures », a-t-il plaidé tout en craignant que les agriculteurs envahis par la colère ne puissent « empoisonner ces éléphants si rien ne sera fait », commis promis.

Et de prévenir « Cette situation risquerait même d’empiéter sur les bonnes relations qui existent entre la population et l’ICCN ».

Certaines autorités du Parc National des Virunga secteur Nord, contactées pour la cause, indiquent que des matériels de construction d’une clôture moderne sont déjà prêts et qu’avant la fin de l’année 2021, la clôture en cours de construction sera prolongée d’un kilomètre.

Pour sa part, la Nouvelle Société Civile Congolaise du Secteur Ruwenzori menace de mener des actions de grande envergure  si l’ICCN ne réalise pas sa promesse.

En date du 10 novembre dernier, la société civile forces vives du secteur Ruwenzori a accordé un moratoire de deux jours aux responsables de l’ICCN pour résoudre ce problème mais sans succès. Du 4 novembre à ce jour, des éléphants accompagnés des éléphanteaux ont débordé 7 fois le Parc pour la chefferie.

Richard Makulumbe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.