RDC : « Nous ne sommes pas gênées par les opérations conjointes FARDC-UPDF » (MONUSCO)

La Mission de l’Organisation des Nations-Unies pour la Stabilité au Congo (MONSCO) dit ne pas être gênée par les opérations conjointes FARDC-UPDF contre les rebelles ADF dans l’Est du pays. Cette précision émane du porte-parole de l’ONU en RDC ce mercredi 15 décembre 2021. Le Haut-commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme craint, de son côté, certains cas de violation des droits humains qui pourront découler de cette mutualisation des forces.

Dans une conférence de presse animée à Kinshasa, Mathias Gillmann, porte-parole de la Monusco en RDC, a noté que son organisation n’est pas du tout gênée par la mutualisation des forces des armées congolaises et ougandaises contre les rebelles d’Allied Democratic Forces (ADF) au Nord-Kivu et en Ituri.

Il a cependant regretté le fait de n’avoir pas été associé, à l’avance, à ce protocole d’accord. Et quoiqu’il en soit, poursuit le porte-parole de la MONUSCO en RDC, il s’agit d’une décision souveraine prise par le gouvernement congolais.

« La réponse très claire c’est que ça ne nous gêne pas. C’est une décision souveraine qui a été prise par le gouvernement congolais. C’est une décision à laquelle on n’a pas été associée. Mais, si les congolais ont décidé de mutualiser leurs efforts avec les forces ougandaises, s’ils estiment que c’est une approche qui peut être efficace contre les ADF, nous respectons cette décision », a fait remarquer Mathias Gillmann.

De sa part, le bureau du haut-commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme dit craindre des violations des droits humains qui pourront découler de ces opérations « aux armes lourdes ».

Le chef des droits de l’homme de l’ONU en RDC s’interroge sur le sort que subissent les otages des ADF lors des bombardements de bastions de l’ennemi, par les deux armées.

« Le fait effectivement de bombarder sans discrimination, sans distinction peut entrainer des dommages collatéraux. Des personnes qui n’ont rien à voir avec les groupes armés. N’oubliez pas que les ADF ont pris beaucoup d’otages. Quel est le sort de ces otages ? Les personnes qui ont été enlevées sur les routes, dans leurs champs, quel est leur sort ? », s’est-il interrogé.

C’est depuis le 09 décembre dernier que la République démocratique du Congo a signé à Bunia (Ituri), un accord de coopération militaire avec la République de l’Ouganda. Ce protocole vise à mutualiser les efforts et les moyens entre les deux pays afin de neutraliser les groupes armés dont le plus agressif est l’ADF.

Joël Kaseso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.