Nord-Kivu : 51 cas de violation des droits humains en un mois de couvre-feu à Mangina (Parlement des Jeunes)

La mesure du couvre-feu décrétée par le par le gouverneur militaire du Nord-Kivu, Constant Ndima, a totalisé un mois ce mercredi. Elle a été mise en place en date du 26 décembre 2021. Depuis, le Parlement des Jeunes de Mangina dénonce plus de 50 cas de violation des droits humains par les services de sécurité.

En commune de Mangina située à 30 kilomètres à l’ouest de la ville de Beni, l’exécution de cette mesure sécuritaire s’est caractérisée par les dérapages des éléments de l’ordre lors de patrouilles nocturnes.

Dans une sortie médiatique ce mercredi, le président du Parlement des Jeunes de cette municipalité du territoire de Beni dit avoir dénombré 51 cas de violations des droits de l’homme et extorsion des biens de la population.

C’est dans ce sens que Nicaise Kasereka Kiyora demande à l’autorité locale d’organiser, dans un bref délai, une réunion d’évaluation de cette mesure du gouvernement provincial du Nord-Kivu.

Le commandant de la Police Nationale Congolaise (PNC) de Mangina promet réagir à ces propos dans les prochaines heures.

Rappelons que ledit couvre-feu avait été décrété après explosion d’un kamikaze en pleine ville de Beni. Cet incident avait fait 8 morts et une dizaine de blessés.

Jonas Aristote Sabuni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.