Nord-Kivu : Ouverture du Festival Amani à Goma

La huitième édition du festival Amani s’est ouverte à Goma (Nord-Kivu), ce vendredi 4 février 2022. Il  accueille des artistes venus des quatre coins  la RD Congo, du Congo-Brazza et du Rwanda.

À Kituku où se tient cette messe musicale de taille, le décor est planté pour accueillir des milliers amoureux de la culture et des centaines d’artistes venus de Beni, Butembo, Goma, Kigali, Brazzaville et ailleurs, pour chanter pour la paix.

Pour faire preuve de la prise de conscience de l’existence de la pandémie à covid-19 qui, l’an 2021 avait été à la base du report de cette gigantesque messe culturelle, les organisateurs ont choisi de délocaliser les activités du collège Mwanga à la pelouse Vanny Bishweka de Kituku, partie extrême Sud-Ouest de la ville, pour permettre la distanciation sociale.

Sur place à Kituku, de l’entrée à l’intérieur de l’enclos, l’on fait face à un arsenal d’agents de sécurité, policiers mêlés aux jeunes des maisons de gardiennage. “C’est visiblement comme pour concrétiser la promesse des autorités, qui avaient déjà, la veuille du festival, rassuré de la sécurité de cet événement d’importance non à négliger”, rapporte John Tsongo, journaliste à RADIOMOTO.NET à Goma.

À l’intérieur, plusieurs entreprises; grandes, moyennes comme petites, ont installé des stands pour exposer leurs produits pour les uns et/ou les services qu’elles offrent à la communauté, pour les autres.

À son allocution d’ouverture de ce festival, la ministre en charge de la culture, Madame Catherine Katungu Furaha a émis le vœu de voir les prochaines éditions du festival, se tenir même dans les autres villes et territoires de la province, comme le réclamaient d’ailleurs déjà; plusieurs mouvements citoyens depuis la septième édition de 2020.

L’opinion retient la production sur scène ce vendredi, de plusieurs artistes musiciens dont Mohombi et Roga Roga, avec sa chanson Sangulo.

Les fans de la musique venus à Kituku ce jour, se disent flattés par l’organisation, mais recommandent que les autorités mettent en place des bus de transport gratuit, pour permettre aux citoyens d’accéder aisément au site, encore qu’il est situé à une dizaine de kilomètres du centre-ville.

John Tsongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.