Ituri : plus de 5 morts lors lors des embuscades ADF à Irumu et Mambasa

Au moins 6 personnes sont mortes dans deux embuscades attribuées aux rebelles d’Allied democratic forces (ADF) dans les territoires d’Irumu et Mambasa (Ituri) ce samedi 19 février 2022.

La première a eu lieu sur la Route nationale (RN4) tandis que la seconde a vécu sur la RN44. De ces morts figurent deux assaillants, apprend-on de la Convention pour le respect des droits humains (CRDH).

Sabiti Njiamoja, délégué du gouverneur du Nord-Kivu affecté à Eringeti mentionne que les assaillants ont tendu leur embuscade à un convoi de véhicules à Biane, une agglomération située au nord de la localité d’Eringeti et à Lukaya.

« Je confirme la nouvelle. L’ennemi a signé sa présence sur la route nationale numéro 4 aux heures d’avant-midi ce samedi. Déjà, trois corps viennent de passer ici à Eringeti en direction de la ville de Butembo. Nos sources sur place parlent d’autres corps qui sont encore sur le lieu de drame », a-t-il fait savoir.

La plupart de personnes victimes de cette tuerie sont de la ville commerciale de Butembo. Leurs corps sont en route.

La CRDH antenne d’Irumu rapporte, pour sa part, la mort de 6 personnes parmi lesquelles deux rebelles ADF. Elle note par ailleurs que le calme est revenu dans les zones embusquées.

« Pour le moment, il y a une accalmie sous une psychose à Biane et environs. Après vérification, 6 personnes ont trouvé la mort dont 2 ADF qui ont été tués par les éléments de sécurité. Il y eu aussi un blessé côté éléments de sécurité. Aussi, quelques civils portés disparus et des blessés. La sixième personne c’est un autre chauffeur de véhicule qui est décédé à Lukaya, chefferie Babila-Babombi, territoire de Mambasa après une embuscade tendue par les rebelles. Là, aussi deux personnes sont sorties avec des blessures. Nous demandons aux autorités de l’état de siège d’affûter les armes sérieusement pour suivre l’ennemi qui semble se décharger sur les civils après être frappé par-ci et par-là dans ses bastions », a exhorté Christophe Munyanderu.

L’Est de la République démocratique du Congo connait toujours une insécurité sans précédent en dépit de l’instauration de l’état de siège en mai 2021. Une mesure présidentielle qui a été renforcée par la signature d’un protocole d’accord entre les armées Congolaise et Ougandaise pour anéantir les groupes armés locaux et étrangers au Nord-Kivu et en Ituri.

RADIOMOTO.NET et 7SUR7.CD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.