Goma : un appel à la non stigmatisation des enfants « victimes des pieds bots »

Le psychologue clinicien, Semu Sikulimwenge, a appelé à la non-stigmatisation des enfants « victimes des pieds bots ». Il a formulé cet appel à RADIOMOTO.NET ce mercredi 02 mars 2022. D’après, naître avec cette malformation n’est pas synonyme d’une malédiction.

Pour lui, la société ne devrait donc ainsi stigmatiser « tout individu qui en est victime ». Chargé de counsling au programme Hope Works qui s’occupe du traitement des pieds bots, Vincent décrie l’origine de cette maladie :

« Il n’existe pas de vraies causes à l’origine des pieds bots. Les experts ont tenté de démontrer que c’était héréditaire, mais cela est loin d’être correctement prouvé. Outre cela, l’on note les facteurs environnementaux, c’est-à-dire, l’entourage dans lequel nous oscillons. Les femmes enceintes évoluant dans des milieux en proie à des guerres et conflits, sont prédisposées à donner naissance aux enfants avec pieds bots. C’est un constat que nous avons instamment réalisé ».

La société a toujours eu tendance à stigmatiser les victimes des pieds bots, que ce soient les individus eux-mêmes voire leurs parents surtout leurs mères qui sont accusées de tous les maux, jusqu’à devenir victimes des stéréotypes et superstitions. Mais, le psychologue tempère :

« Ce n’est pas qu’en naissant avec les pieds bots que l’enfant a atteint la fin de sa vie, ou qu’il devient inutile à la société (…) non ! ».

Et de renchérir :

« Les pieds bots sont guérissables après traitement. La première étape dans le traitement, c’est l’usage du plâtre, que nous plaçons sur le pied de l’enfant, et cela s’étend sur 6 ou 8 semaines. La deuxième étape consiste à doter à l’enfant, d’une paire de souliers orthopédiques, pour redresser ses pieds. Il y a également possibilité de faire recours à la ténotomie qui est une simple opération chirurgicale que nous réalisons sur la veine postérieure du pied. Elle nous permet de réorienter le pied de l’enfant. Comment apporter un palliatif aux pieds bots ? Semu explique ! ».

La même source conseille par ailleurs que tout enfant naissant avec les pieds bots doit se présenter aux médecins dans la limite de 2 ans qui suivent sa naissance.

Il peut se rendre, explique-t-il, dans les hôpitaux comme Simama de Bunia, au Centre pour handicapés de Kindu, au centre Betani d’Uvira au Sud-Kivu, à l’Hôpital général de référence de Kayna, aux centres de santé Heshima Letu de Butembo et Beni, aux centres pour handicapés d’Oïcha ou de Mangina, soit au centre de santé Mamboa, vers Mangurejipa, ou même à l’ hôpital Heal Africa, s’il réside à Goma (Chef-lieu du Nord-Kivu).

John Tsongo Thavugha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.