Nord-Kivu : un étudiant découvre qu’il est possible d’utiliser du gaz butane en place du carburant ou du mazout dans un véhicule

Les cris des utilisateurs du carburant en hausse peuvent envisager une autre porte de sortie.  Il est désormais possible d’utiliser du gaz butane en lieu et place du carburant et du mazout, pour faire fonctionner son véhicule. C’est la résultante d’une découverte faite par un étudiant de l’Institut Supérieur des Techniques Appliquées (ISTA) Goma, depuis le début du mois de mars 2022.

Monsieur Élie Tubani Angoy est de la première année d’ingéniorat en électromécanique. Le jeune Ingénieur explique en quoi a principalement consisté l’essai.

« Mon essai a consisté à faire fonctionner le moteur à l’aide du gaz butane, qu’on utilise dans les ménages. L’idée est que le gouvernement Congolais nous aide à exploiter le gaz méthane du lac Kivu, qui est aussi un bon carburant pour le fonctionnement des moteurs. Le tout premier pas, nous avons d’abord essayé, ça n’a pas fonctionné. Nous avons essayé pour la deuxième fois, le moteur s’est allumé. Le problème qui nous reste maintenant, c’est l’ajustement du moteur, pour qu’il fonctionne normalement; c’est pourquoi j’avais demandé assez de temps, l’occasion pour moi de faire autant d’essais expérimentaux », a expliqué ce jeune apprenant.

D’où vient l’idée ?

« C’est lorsque j’ai vu le carburant et le mazout monter de prix, que j’ai eu l’idée du pourquoi ne pouvait-on pas utiliser le gaz en lieu et place du carburant. Ça va nous permettre de limiter les importations du carburant. Parce que notre pays importe trop de carburant, alors que nous avons la facilité d’exploiter notre gaz. Ça va nous permettre aussi d’exporter notre gaz vers d’autres pays », croit Élie Tubani.

Une fois financé, Élie attend s’associer à plusieurs de ses camarades, pour approfondir des essais, en vue de trouver des solutions aux problèmes technologiques du pays et surtout liés au carburant.

« Mon tout premier rêve est d’aider la population. Minimiser ensuite le coût du carburant et d’économiser notre argent. C’est une approche qui aura un impact positif sur la croissance économique du pays. Vous savez, en côte d’ivoire, nous avons rencontré un agriculteur qui utilisait 12 kg de gaz pour faire fonctionner le moteur qui l’aide à irriguer son champ de 3.000 mètres carrés, et 33 litres de carburant pour la même superficie, en cas d’usage du moteur… Aujourd’hui, 12 Kg de gaz coûtent 23 dollars, alors que 33 litres du carburant reviennent à 49.5 dollars. Mon deuxième rêve c’est de m’associer aux autres Ingénieurs pour qu’ensemble nous ouvrions un garage où nous pourrons faire des petites réparations pour aider la population », a lancé Élie Tubani.

La ville de Goma où réside cet étudiant est située au bord du lac Kivu, ce grand réservoir du gaz méthane. Ce gaz méthane appelé  pour autant biogaz, renferme 5 pourcents du gaz butane utilisé dans les cuisines.  Une fois exploité, ce gaz méthane du lac Kivu fournirait aux riverains du lac Kivu de l’emploi, de l’électricité, de l’argent par exportation et du carburant, comme vient de le démontrer cette étude d’Élie Tubani.

John Tsongo 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.