Nord-Kivu : une manifestation de soutien aux FARDC annoncée à Goma ce vendredi

Le collectif de Mouvements citoyens Congo Conscience, mouvement national du Congo MNC et  AMKA Congo, annoncent pour ce vendredi 15 avril 2022, en ville de Goma, une manifestation de soutien aux Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC). Le maire s’inscrit en faux.

Cette manifestation va consister,  selon le porte-parole, à se rassembler autour du rond-point Cigners, avec des bougies allumées. Occasion de collecter également des vivres et non vivres, qui seront acheminés à Rutshuru, où les FARDC font face au M23 depuis bientôt un mois.

« Aux autorités provinciales, nous avons adressé une lettre demandant à la population de se joindre à nous pour compatir avec nos forces armées qui ne font que tomber sur le champ d’honneur à Rutshuru-Chanzu voire Beni, car partout là, sommes coincés. Que chaque citoyen vienne avec une bougie allumée, façon de pleurer nos Militaires morts. Que chacun arrive également avec une contribution. Cette dernière peut être une quantité de haricot ou de farine,… Pour que nous les apportions à nos Militaires sur la ligne de front. Voyez-vous mêmes: sommes envahis par les pays voisins », a sensibilisé Benoît Mukumbatiya du MNC.

Ce sera aussi une occasion de demander aux autorités de réduire le salaire des députés en vue de majorer le salaire des Forces armées ainsi que de la police.

« Aux travers cette manifestation, nous demandons au gouvernement de réduire le salaire des députés, des ministres, et d’augmenter par contre le salaire des militaires et les policiers. Car bien payés, aucun policier ou militaire ne saurait extorquer le téléphone d’un citoyen, ou ériger une barrière à Kalunguta, à Tongo, pour rançonner la population », précise Jacques Sinzaghera du mouvement AMKA Congo.

 Cette manifestation a été interdite par l’autorité urbaine, le commissaire Kabeya Makosa François.

« Les manifestations publiques sont interdites. Ces mouvements citoyens, nous leur saisissions qu’aucune manifestation n’est autorisée. S’ils le font de leur propre gré, ils vont trouver la police sur leur chemin. Nous appliquons les mesures de l’Etat de siège, les gens doivent comprendre. On a  demandé à tout celui qui veut faire la manifestation, de la faire dans une salle. Mais comme c’est public, ce n’est pas conforme à la loi. Même s’il faut soutenir les vaillants militaires qui tombent par ci, par-là, nous voulons bien. Mais organisez une conférence », a réagi le Maire, se confiant à nos confrères de la Radio Tayna RTCT Goma ce mercredi 13 avril.

Pourtant, ces mouvements citoyens ne veulent même pas entendre le Maire ainsi rétorquer.

 « Nous sommes fâchés. Car, toutes les fois que nous marchons pour exiger l’approvisionnement de nos quartiers de Majengo et Buhené en eau, nous sommes pourchassés par la police. Même chose quand nous exigeons la réhabilitation des routes pour prévenir les accidents et les embouteillages, tout ça, les autorités contestent. Et voilà même quand nous voulons compatir avec les militaires qui protègent l’intégrité de notre territoire, elles s’en inscrivent en faux. Et avec ces agissements, la population les place à la même ligne que les ennemis du pays. Nous devons nous battre pour notre pays », a lancé l’un des organisateurs.

L’état de siège est en vigueur au Nord-Kivu et en Ituri depuis mai 2021. L’instaurant dans ces provinces touchées par l’insécurité, le chef de l’Etat a ainsi interdit toute forme de manifestation public allant dans le sens de troubler l’ordre public.

John Tsongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.