Beni : 8 écoles ont fermé leurs portes depuis 2 mois en sous division de l’EPST de Kyondo

Au moins huit (8) écoles primaires et secondaires restent fermées depuis au moins 2 mois, pour certaines, et plus pour d’autres, dans la sous-division de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST) de Kyondo, en territoire de Beni dans le Nord-Kivu.

La révélation a été faite par le sous-Proved à l’intérim de cette sous-division, ce jeudi 21 avril. Au cours de l’entretien avec la presse en son office de travail à Vulenda,  monsieur Kasereka Mugheni André  a expliqué qu’il s’agit entre autres des écoles situées précisément sur les axes Kisunga et Karuruma. Selon lui, la fermeture de ces écoles est une conséquence de l’insécurité qui a élu domicile dans cette région avec l’activisme des groupes armés. Notre interlocuteur mentionne que parmi ces établissements scolaires figurent ceux qui fonctionnent par intermittence depuis même le début de l’année scolaire en cours.

« A Kisunga par exemple, on avait repris au mois de janvier, voilà qu’il y a eu encore des cas d’insécurité et encore les activités ont été paralysées… Il y a plusieurs instituts qui ont fermé ; puisque je vois l’Institut Vusalya, l’Institut de Kisunga, l’Institut Bwino et d’autres. Je pense que ces écoles doivent encadrer les finalistes parce qu’aujourd’hui nous transmettons le rapport à la hiérarchie mais il n’y a pas de calendrier réaménagé pour ces contrées-là », a confié à la presse Kasereka Mugheni.

Le numéro I de l’éducation dans cette zone n’exclut pas l’idée d’entreprendre une initiative locale consistant à la délocalisation des écoles se trouvant dans des contrées insécurisées. Celui-ci pense aussi à l’admission des apprenants dans les écoles de leurs milieux de refuge avec la préséance aux finalistes du secondaire.

« Il y a lieu de les amener à Kyondo ou dans d’autres zones plus ou moins sécurisées et les encadrer. En tout cas, s’ils ne sont pas encadrer, ces élèves, c’est nous qui seront en retard. Nous devons donc prendre une initiative locale dans ce sens. Nous espérons juste que la sécurité sera rétablie et nous demandons aux autorités de bous aider », a-t-il plaidé.

La sous-division de l’EPST Kyondo compte à elle seule 340 écoles. Selon notre interlocuteur, les écoles fermées font partie des  25 qui sont concernées par l’insécurité grandissante dans cette zone en proie aux rebelles, dont ceux de l’Allied democratic forces (ADF).

En tout cas, la situation sécuritaire est préoccupante dans plusieurs entités du territoire de Beni. Au mois de mars 2022, plusieurs écoles de Karuruma, Kalivuli, Kyasenda, Kyangendi ont fermé les portes avant que les habitants ne vident leurs ménages vers les milieux supposés sécurisés.

Barackaste Mukohe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.