Nord-Kivu : Enjeux de la fabrication des clés de réserve à Butembo

La journée mondiale du bricolage s’est célébrée mardi 24 mai 2022. A cette occasion, RADIOMOTO.NET a braqué sa base de projecteur sur le métier des mécaniciens qui fabriquent des clés de réserve. Mis à part ses avantages, ce métier traîne plusieurs risques.

Un ajusteur mécanicien contacté ce mardi a laissé entendre que lui et ses collègues de service multiplient les clés de contact des engins roulants et des maisons. Le prénommé Moïse indique que ceux qui exercent ce métier se font incarcérer pour des affaires qu’ils ne maitrisent pas.

«  Cela arrive souvent lorsqu’un client qui avait commandé une double de sa clé dans le garage est victime d’un vol dans sa maison, boutique ou lorsqu’il se fait voler son véhicule ou encore sa moto. Il pense directement à nous comme auteurs ou complices d’un tel forfait alors que non », se défend monsieur Moïse qui exerce dans un garage en cellule FURU à Butembo.

Selon lui, les sollicitations allant dans le sens de multiplier les clés viennent de plusieurs femmes, enfants et agents des entreprises de nature diverse. Ceux-ci négocient ces clés pour des coffres-forts, motos et véhicules, mentionne monsieur Moïse.

« Il suffit de nous venir avec un cadenas, soit une clé parallèle que nous allons reproduire. Pour une maison, c’est un dollar. Pour un véhicule ou une moto, c’est 5 dollars. Le comble est que vous pouvez venir reproduire une clé chez nous et après, on va voler dans votre maison », a-t-il lancé.

Avec une expérience de 15 ans, le prénommé Moïse gagne son pain quotidien grâce au bricolage consistant à fabriquer des clés. Ce mécanicien appelle ses confrères à plus de vigilance.

Léonce Muliwavyo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.