RDC : « C’est le régime Kabila qui a amené les étrangers dans notre armée » (Peter Kazadi)

Une polémique règne entre le Front Commun pour le Congo (FCC) et le l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) au sujet de nouveaux affrontements entre le Mouvement du 23 mars (M23) et les militaires des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo au Nord-Kivu.

Le FCC dont l’autorité morale est Joseph Kabila, ancien président de la RDC, trouve irresponsable l’attitude du gouvernement congolais qui ne veut pas mettre fin à l’insécurité à l’Est de la RDC. Des propos mal digérés par l’UDPS, la famille politique de Félix Tshisekedi, actuel Président de la RDC.

L’UDPS fait savoir que l’insécurité à l’Est de la RDC est une conséquence directe de la mauvaise gestion du pays par Joseph Kabila pendant 18 ans. Peter Kazadi, un des cadres de l’UDPS et député provincial en ville de Kinshasa va jusqu’à dire que le président honoraire est à la base de l’infiltration de l’armée congolaise par des militaires rwandais à travers les opérations de mixage et de brassage.

« C’est le régime Kabila qui a amené les étrangers dans notre pays. Personne n’ignore que notre armée a été dirigée à un moment donné par un officier de l’armée rwandaise. Personne n’ignore que c’est Kabila, par le mécanisme de brassage, réinsertion, qui a fait entrer dans notre armée les officiers et militaires rwandais qui continuent à poser des problèmes à notre pays. Felix Tshisekedi, jusqu’à ce jour, n’a jamais nommé un seul officier. Il travaille avec ceux qu’il a trouvés, et il est en train de corriger, justement, là où le régime Kabila et le FCC avaient détruit », a-t-il argumenté.

La République Démocratique du Congo (RDC) fait face à l’activiste des terroristes du M23 et de l’ADF dans sa partie Est. Les massacres des civils se font enregistrer du jour au lendemain dans plusieurs zones des provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri malgré l’instauration de l’état de siège depuis mai 2021. Alors que des civils sont tués presque chaque semaine, plusieurs autres sont kidnappés à côté des véhicules des opérateurs économiques incendiés par les groupes rebelles étrangers ou locaux.

Kakule Kilumbiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.