Marche contre l’invasion du Rwanda et “de l’Ouganda”: à Goma, des habitants estiment “qu’il est temps de se libérer”

La ville de Goma a connu sa toute première manifestation depuis l’instauration de l’État de siège le mercredi 15 juin 2022. Organisée par la société civile et plusieurs autres mouvements dont la Lucha et la Génération positive, la marche visait à soutenir les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) en ordre de bataille contre les terroristes du M23 soutenus par le Rwanda et “l’Ouganda”.

Déjà dès l’entrée présidentielle d’où est partie la marche le matin de ce mercredi, les rues étaient en effervescence et toute la masse populaire composée des jeunes, des vieux des femmes et des enfants, étaient rangés pour s’exprimer.

« Nous ne voulons pas d’imixtion Rwandaise. Il est aujourd’hui temps de nous libérer. Nous ne voulons autre chose que la paix. Et il est de notre devoir de combattre nous-mêmes. Personne ne viendra le faire à notre place. Nous voulons marcher. Et demandons même au président de nous autoriser d’aller jusqu’au Rwanda, lui faire la même chose qu’il a fait chez nous. Ce Rwanda nous agresse. Nous n’avons pas de paix. Que ces autorités nous fichent la paix », ont-il scandé.   

Et le peuple se dit fatigué face à l’agression répétitive des pays voisins.

« Nous sommes fatigués. Kagame tu nous fais souffrir… », ajoute-il.

Face à cette déception d’une diplomatie machiavélique teintée d’hypocrisie, Étienne pense qu’il faut cette fois-ci foncer jusqu’au Rwanda.

« Nous fonçons jusqu’au Rwanda, pour dire à Kagame que trop c’est trop. Lui et Museveni, Nous avons décelé leur magouille politique et diplomatique. Nous allons les vaincre, nous allons foncer jusqu’au Rwanda et nous allons maintenant combattre », a-t-il rapporté.

Et personne ne va arrêter cela, laisse convaincre John Anibale de la Lucha.

« Nous-mêmes avons décidé de manifester. Nous avons décidé de soutenir notre armée les FARDC pour gagner cette guerre. Et sans la population rien ne peut être réussi. C’est grâce au soutien populaire que nous allons libérer Bunagana, allons libérer le Congo, et demain ces pays voisins qui continuent de nous agresser, vont nous respecter », indique-t-il.

Colère, patriotisme, détermination, combat engagé contre l’ennemi, la marche aura été revêtue d’un caractère non ordinaire, si bien que l’itinéraire a été violé. Entre une police débordée par une foule nombreuse et des manifestants prêts à foncer jusqu’au Rwanda, il a fallu un recours aux grenades à gaz lacrymogènes pour décrisper la tension: cette foule qui tenait mordicus à pénétrer la grande barrière pour Kigali.

Magasins, Boutiques, transport en commun, petit commerce, personne n’a su braver la situation pour vaquer à ses occupations. Les organisateurs de la manifestation clament réussite.

« Nous remercions la population de la ville de Goma qui a répondu massivement à notre invitation pour soutenir les FARDC au front, mais aussi dire non à l’agression du Rwanda et de l’Ouganda à notre pays”, lance Marrio Ngavho, président de la société civile à Goma.  

Quelques jeunes qui voulaient s’illustrer par des tentatives de pillage des Magasins qui appartiendraient aux Rwandais, ont été vite contenus et mis au cachot par les éléments de l’ordre, déployés en arsenal pour la cause.

John Tsongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.