Butembo : un conducteur de mototaxi tué par un “policier” lors des altercations au nord de la ville

Des manifestants qui transportent un corps sans vie ce mercredi 05 octobre 2022, lors d'une vive tension au nord de la ville de Butembo. Ph. Evariste Mwenge

La ville de Butembo a encore un mort et plusieurs blessés par balle la journée de ce vendredi 7 octobre 2022. Ces fusillades ont été occasionnées alors que la population de la partie Nord de Butembo se dirigeait au cimetière de Kitatumba pour inhumer, un autre jeune garçon tiré en bout portant par un militaire la journée de mercredi. 

La mi-journée de ce vendredi, la délégation composée en majorité de la population de Furu, Kiriva et Mihake revenait de la morgue de Matanda en direction de Kitatumba. En arrivant devant la Police des frontières sur la grand-route, certains jeunes se sont mis à jeter des pierres aux agents de sécurité commis à la garde.

La Police a réagi en tire de sommation pour disperser les manifestants. Pendant ce cafouillage, un conducteur de moto qui transportait deux clients a été atteint d’une balle à sa poitrine causant ainsi son déséquilibre sur sa moto. Il a été secouru pour Matanda.

Les sources médicales contactées par la RADIOMOTO.NET confirment sa mort de suite d’une balle.

La condamnation de l’ATAMOV

Les responsables de l’ATAMOV condamnent sévèrement le meurtre du taximan Jérémie Kakule Varondi par un agent de la police des frontières l’après-midi de ce vendredi 7 octobre 2022. Dans une déclaration du président de cette corporation de taximen, Mumbere Misisa Jackson, appelle les taximen au calme en attendant les dispositions qui seront prises au sujet des funérailles de leur membre.

« C’est avec des larmes aux yeux que nous tenons à informer tous les taximen de l’ATAMOV que vers 13h, nous avons perdu un de nos amis taximen du nom de Kakule Varondi Jérémie, du parking Mumole. Au nom de l’ATAMOV, nous condamnons cet acte qui fait mal au cœur. Nous sommes victimes de ces barbaries de notre police non formée », s’est-il indigné d’un ton ferme.  

Désolation de la Police 

En réaction par rapport à la situation de ce vendredi, la Police se désole de l’agissement des habitants. Le commandant ville de la PNC déplore la mort d’un motard touché par balle perdue lorsque les éléments de l’ordre voulaient rétablir le calme.

Le colonel Polongoma Di- Ntoto Jean-Paul condamne aussi la destruction des véhicules de la Police par les habitants en colère. Le Commissaire supérieur principal raconte que les présumés Maï-Maï se sont infiltrés dans les rangs des manifestants pour causer des dégâts humains et matériels.

« (…) Ils ont commencé par détruire le véhicule. Les preuves sont là. Trois véhicules ont été détruites. Ils voulaient même ravir l’arme. Dans ce désordre, des coups de feu sont sortis dans l’arme. Ils sont allés toucher un motard, donc un manifestant. Nous devons être clairs. Et parmi ces manifestants, il y avait trois armes. Je me pose la question : pourquoi quand il y a des histoires à Furu, les histoires des Maï-Maï doivent apparaitres ? », s’est-il interrogé.  

Il convient de préciser par ailleurs que cette situation a imposé une paralysie des activités socioéconomiques au centre de la ville commerciale de Butembo.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.