Butembo : des associations féminines appelées à penser aux personnes vivant avec handicap lors des préparatifs de la journée du 08 mars

Les femmes vivant avec handicap éprouvent d’énormes difficultés de participer activement aux activités de la journée internationale de la femme. Dans une interview accordée à RADIOMOTO.NET, Masumbuko Plucherie, membre de l’association « Tuwatikanaye », note que les femmes vivant avec handicap accusent un problème de mobilité qui ne leur permet pas de participer même aux conférences d’avant célébration du 8 mars.

Tout en encourageant les associations féminines dans la lutte pour les droits de la femme, Masumbuko Plucherie, les appelle à penser à la femme vivant avec handicap pendant les préparatifs des activités du mois de mars.

A lui d’ajouter que faute de moyens, les femmes membres de l’association Tuwatikanaye ont décidé de célébrer cette journée internationale de la femme le 12 mars, le jour de leur assemblée générale.

« Nous comme association Tuwatikanaye, nous avons reporté notre fête au 12 mars, le jour de notre assemblée générale. Nous avons beaucoup de difficultés parce que nous nous réunissons une fois par moi. Vous comprenez qu’il n’est pas facile de prendre la moto chaque jour. Surtout pour celles qui viennent par exemple de Kalemire, aller-retour c’est compliqué. Parmi nous, il y a celles qui boitent un peu, elles peuvent y arriver mais pour les autres c’est grave », a-t-elle affirmé.

Initiative socialiste dans un premier temps, nouvel entrain avec la deuxième vague du féminisme, reconnaissance par l’ONU, la Journée internationale des droits des femmes s’est popularisée en un siècle. Férié dans près de 30 pays, célébré dans des dizaines d’autres, le 8 mars est devenu incontournable.

Kakule Kilumbiro  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.