Rutshuru: des chefs locaux entre le marteau et l’enclume à Bukoma et Binza suite à l’activisme du M23

Territoire de Rutshuru au Nord-Kivu en République Démocratique du Congo

Des chefs locaux sont entre le marteau et l’enclume dans les groupements Bukoma et Binza, en territoire de Rutshuru (Nord-Kivu). Depuis début avril en cours, certains sont donc partagés entre le souci de rester aux côtés de leurs sujets et des accusations, par des groupes armés, de collaborer avec le M23.

Cette situation sème l’insécurité autour de ces chefs locaux. Certains d’entre eux sont contraints à une vie de clandestinité. D’autres ont été tués.

L’Organisation non-gouvernementale (ONG) Bons Samaritains Grands Lacs, antenne de Rutshuru, plaide pour leur protection.

« Les chefs qui sont-là, sont dans l’insécurité. Parmi eux, il y a ceux qui ont bougé vers l’Ouganda. Il y a ceux qui font des mouvements pendulaires. D’autres qui sont en train de payer une petite rançon pour la protection de leurs vies. En début de ce mois d’avril, le chef du groupement Ngwenda a été abattu. Il y a aussi le chef de la localité Banywira qui a été abattu. Celui de Kiseguru aussi. Celui de Nyamagana a aussi été abattu. Ces chefs sont accusés de travailler en connivence avec le M23. Nous nous étonnons de voir comment ces chefs sont poursuivis au moment où ils ne peuvent pas quitter leurs communautés. Ils doivent être protégés avec leurs familles et leurs biens », exhorte Emmanuel Tembo, responsable de cette antenne de Bons Samaritains GL en territoire de Rutshuru.

Le Rutshuru connait une insécurité sans précédent depuis la reprise d’armes, fin 2021, par le M23. Kinshasa accuse Kigali de soutenir ce groupe rebelle. Les bélligérants, eux, insistent sur un dialogue direct avec le gouvernement congolais avant de libérer toutes les positions sous leur contrôle au Nord-Kivu.  

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.