REDHO sur le seuil électoral : ‘‘C’est compliqué. Vous pouvez avoir 100.000 voix à Butembo, si le parti n’a pas réalisé le seuil, vous ne serez pas proclamé’’

« L’institution du seuil dans le processus électoral en République démocratique du Congo restera un des facteurs que plusieurs soupçonneront de favoriser les non élus ». C’est maître Muhindo Wasivinywa du REDHO qui a fait cette analyse le mardi 16 janvier 2024.

Pour ce défenseur de droits humains, les tensions qui s’observent dans certains Etats-majors de partis après la publication de résultats provisoires des législatives nationales sont normales et justifiées. Il s’agit d’un système dont le jeu se joue entre les partis politiques selon le cotas obtenu après calcul du seuil.

Ainsi, dans une circonscription, les élus ne sont pas nécessairement les premiers qui ont obtenu le nombre élevé des suffrages mais ceux dont les partis ou regroupements ont atteint le seuil électoral peu importe le nombre de voix, affirme maitre Muhindo Wasivinywa.

« Ça peut arriver que le regroupement tel a réalisé 20 sièges. La personne peut penser qu’elle sera sélectionnée parmi les 20 alors que le siège, on l’aura déjà pris dans une autre circonscription. Avec la question de seuil, c’est compliqué. Vous pouvez avoir 100.000 voix à Butembo, si votre parti n’a pas réalisé le seuil, vous ne serez pas proclamé. Vous pouvez même avoir plus de voix, avant d’attribuer le siège, on vérifie si le parti a eu droit à combien de siège », a-t-il fait savoir.  

Selon lui, ce système de seuil et de paiement de caution par les candidats ont été institués dans le but de réduire le nombre de candidats mais aussi réduire le nombre de partis politiques en RDC.

Malgré cela, ils ont été nombreux les candidats ayant postulé, se désole cet analyste.

Il recommande l’amélioration des conditions de vie de tous les congolais pour éviter que la politique soit enviée par tous.

« Avec des lois qui semblent être contraignantes, on a eu à réaliser 24.000 candidats sur 480 sièges. C’est tout le monde qui veut y aller. Moi je pense que si on pouvait améliorer les conditions de vie de tout le monde, les gens n’auraient même pas cette envie de devenir de députés », a-t-il pensé.

Tout en félicitant les candidats qui ont été proclamés vainqueurs des élections par la CENI, Maitre Muhindo Wasivinywa conseille les perdants à accueillir les résultats tels que rendus publics. Et de recourir aux instances habilitées pour revendiquer leur droit s’ils se sentent lésés.

Joëlle Mwenge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.