Goma : au marché Nyabushongo, des vendeuses se plaignent de la crise suite à l’activisme du M23

La situation économique devient de plus en plus extravertie dans l’Est du pays. Bunagana qui ravitaillait Goma en caprins, par exemple, est déjà passé sous le contrôle du M23. Le reporter de RADIOMOTO.NET s’est rendu dans le marché de Nyabushongo dans la commune de Karisimbi, où les vendeuses se plaignent de la crise économique.

Dans ce marché où nous avons été ce mardi 02 avril 2024, les activités de vente ne sont plus comme dans le passé. En pleine vente des caprins, la vendeuse Bitasimwa Amida se plaint.

“Les jours passés, on vendait bien. On partait, on arrive, on achète. Tout allait bien. On trouvait les clients. Mais actuellement on constate que la situation n’est pas bonne. Vous pouvez passer 3 jours sans vendre aucune chèvre”, s’est-elle désolée.

De son coté, Monsieur Dieu Merci se lamente que tout le ravitaillement de ses caprins s’effectue dans les pays voisins en passant par le Rwanda, Bunagana étant insécurisé.

“On partait toujours au niveau du Rwanda. Mais les chèvres là ne sont pas élevées au Rwanda. Elles proviennent de la Tanzanie, de l’Ouganda et du Burundi. On allait s’approvisionner à Bunagana. Mais l’insécurité à la base de tout ça”, a-t-il regretté.

Dans ce marché, un homme qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat invite le président de la République à bien vouloir s’investir dans la recherche de la sécurité.

Notons qu’actuellement, le prix de la chèvre se négocie entre 65 et 100$ en ville de Goma.

Moses Mumbere

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.