Butembo : des mouvements citoyens et groupes de pression dans la rue jeudi pour exiger l’interpellation du chef de la PCR celui des renseignements

10 jours après l’auto-immolation d’un conducteur de taxi-voiture devant le bureau de la Police de circulation routière (PCR) de Butembo, les mouvements citoyens et groupes de pression lèvent, à nouveau, leur voix interpellatrice. Ils trouvent anormal que les autorités de Butembo et du Nord-Kivu, du moins celles de la Justice trainent à interpeler le chef de PCR et celui du bureau local de renseignement, T2.

Ces deux sont doigtés dans les tracasseries de la population et singulièrement celui de la PCR accusé d’avoir laissé faire le conducteur Mumbere Muhindo Jean se suicider, après sa colère relative aux tracasseries.

Pour continuer leur plaidoyer en vue de l’interpellation du commandant de la PCR-Butembo et celui du service T2, les mouvements citoyens et groupes de pression annoncent une marche pacifique pour jeudi 23 mai 2024.

Au cours de l’annonce de cette activité, ce mardi 21 mai 2024, à l’Espace Le Pacifique, ces regroupements des jeunes de Butembo, ont déclaré leur indignation par rapport aux tracasseries qui, malheureusement, continuent, selon eux. Des tracasseries aussi observées dans les instances judiciaires, a déclaré Maitre Paluku Makeo Serge du mouvement Jeunes Patriotes du Congo (JPC) et porte-parole, pour annoncer la marche de jeudi.

« C’est une marche pacifique qui débutera à 9 h 30. Nous avons décrit l’itinéraire dans la correspondance que nous avons adressée au maire de la ville de Butembo. Nous partirons du rondpoint Takenga. Nous allons chuter à la mairie de Butembo. Nous avions adressé une lettre à l’auditeur général, pour lui demander d’ouvrir des enquêtes judiciaires afin que les personnes impliquées dans les tracasseries qui ont conduit au suicide de Mumbere Jean, puissent être jugées. La 2ᵉ raison, c’est d’attirer l’attention des autorités par rapport aux tracasseries au niveau du service des renseignements, au niveau de certains services de la Justice […] », a-t-il déclaré.

En rappel, le chauffeur Mumbere Muhindo Jean s’est sacrifié, le samedi 11 mai 2024, après qu’il a dénoncé les tracasseries de la PCR-Butembo alors qu’il se trouvait en situation de vulnérabilité financière. Le fait avait eu lieu, devant le bureau de cette police sur avenue Walikale.

La police s’était dédouanée d’y être impliqué. Quelques jours avant, Maitre Kule Tata, chercheur en droits et sécurité dans l’Est de la RDC a dénoncé, à son tour, des tracasseries orchestrées par le Chef du service T2.

Plusieurs activistes des droits humains ont, par ailleurs, décrié, dans le passé, des tracasseries dans le secteur de la Justice à Butembo.

Patrick Kalungwana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.