Butembo : des photographes appelés à rendre leur travail avec professionnalisme

Les preneurs de vues devraient rendre service en âme et conscience pour asseoir la confiance vis-à-vis de leurs clients. Le chef du bureau urbain de service Cultures, arts et patrimoines à la mairie de Butembo leur a prodigué ce conseil, ce lundi 10 juin 2024. C’était au cours d’une réunion d’échange que Kakule Vatsotsi Mambo a organisée dans la grande salle de la mairie avec ces derniers et les tenanciers de différents espaces de prise de vues.

L’objectif de ces échanges a été celui de palier les différentes difficultés relatives à la photographie. Ces défis sont notamment la prise d’une image sans le consentement de la cible et le fait de se présenter à une cérémonie sans invitation.

Pour ce chef de service, cette manière de se comporter est un manque de respect envers les clients et met en danger les preneurs de vues à cette période sensible de l’insécurité.

“Normalement, ils doivent savoir qu’ils travaillent dans un secteur plus sensible qui est la prise de vues. Ils doivent collaborer. La prise de photos sans consentement des clients est une infraction”, a-t-il rappelé.

De leur côté, les preneurs de vues ont promis de relever ce défi pour éviter de s’insécuriser. Kambale Mukosa Senge Philémon, président de l’APREVU, a appelé ses collègues à l’ordre.

« Nous savons que nous avons une déontologie et nous formons nos membres. Nous savons que nous avons un maître des cérémonies qui doit avoir été invité. Comme à Butembo, les cérémonies sont tellement nombreuses, il faut toujours qu’il y ait quelqu’un qui vient en renfort au photographe principal. C’est comme ça que vous trouverez nos photographes entrés dans des pelouses pour chercher ceux qui ont besoin de photos privées », a-t-il expliqué.

Il convient de noter que les concernés sont les membres de l’Association de preneurs de vues (APREVU), de l’Association des photographes de Lubero à Butembo, les photographes indépendants et les tenanciers des espaces de prise de vues en ville de Butembo.

Esther Vwiravwahali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.