Goma : plus de 200 ménages déguerpis de leurs maisons au quartier Kyeshero

Plus de 200 ménages ont été déguerpis de leurs maisons ce mercredi 18 février 2021 par la police au quartier Kyeshero dans la commune de Goma.  C’est précisément sur avenue Polycliniques que ce déguerpissement a été enregistré. Il demeure difficile donc pour les habitants de connaitre la vraie personne qui se réclame propriétaire de leurs parcelles. 

Les habitants reconnaissent avoir acheté leurs parcelles auprès du Mwami Nyarusaza depuis 1992 et disent ne pas comprendre pourquoi pareil cas leur arrive. Le mouvement citoyen CONGO-CONSCIENCE dénonce les actes des violations des droits humains dont ont été victimes ces habitants et déplore que les auteurs de cet acte inhumain dit-il, n’aient mis au clair leur identité.

Difficile donc pour ces habitants de connaitre la vraie personne qui se réclame propriétaire de leurs parcelles, vu qu’il n’y a que la police qui se fait voir à chasser les innocents, poursuit-il.

« Ce qui s’est passé à Kyeshero est vraiment inhumain. Les policiers bien armés ont chassé les paisibles citoyens : les mamans, les vielles, les enfants ont été déguerpis. 5 personnes au total ont été arbitrairement arrêtées et jusqu’à présent nous ignorons leur destination. Nous condamnons fermement cela. On ne peut pas traiter une personne comme une chèvre qu’on doit abandonner dans la rue, encore que la vie humaine est sacrée et notre constitution le reconnait en son article 16. Nous estimons en plus de 200 ménages et plus de 170 familles abandonnées à leur triste sort. En qualité d’activistes des droits humains, nous condamnons cela et demandons au gouverneur de province de s’impliquer dans ce dossier », lance Constantin Kanane, porte-parole du mouvement citoyen CONGO-CONSCIENCE se confiant ce jeudi à RMBB.

Les altercations ayant opposé les habitants de ce lieu à la police ce mercredi, se sont soldées par une grave blessure d’une journaliste, ce que condamne Constantin Kanane, qui ajoute par ailleurs que la police commise à cet endroit est en train d’empêcher les activistes et les journalistes d’y accéder.

Joint pour la cause, le commandant de la police ville de Goma, a dit ne pas avoir plus d’informations sur ce dossier vu qu’il n’a pas travaillé depuis un temps pur raison de santé. Toutefois, le colonel Job Alisa a dit que « la police ne déguerpit jamais, elle est là pour protéger la population, mais dans des dossiers similaires, la police est là pour accompagner le greffier »

John Tsongo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *