Butembo : le mouvement Anti-Gang s’oppose aux manifestations contre l’état de siège

Le mouvement Anti-Gang s’insurge contre les journées « ville morte » organisées par une le Collectif de mouvements citoyens de Butembo. Dans une déclaration faite ce lundi 14 mars 2022, cette structure pense que des actions de type « paralysie d’activités » ne peuvent pas conduire à des résultats escomptés. 

« S’attaquer au réseau électrique, brûler des pneus, faire fermer les boutiques relèvent de l’incivisme », juge le groupe Anti-Gang.

Ce dernier opine que l’action concrète serait « la pression sur les députés nationaux et hommes politiques pour qu’à leur tour, ils puissent plaider auprès de qui de droit en vue du relèvement des autorités présumées incompétentes ou de la levée de l’état de siège dans la mesure où cette disposition sécuritaire n’a pas produit d’effets souhaités ».

« Nous estimons qu’il faut repenser l’action. 10 ans durant, l’unique action, c’est de s’attaquer aux activités économiques de la Communauté. Cette stratégie est similaire à celle de l’ennemi », argumente Lwanga Charles, communicateur du Groupe Anti-Gang à Butembo.

Ce lundi, des activités socioéconomiques sont restées timides dans la ville de Butembo. Des mouvements citoyens ont appelé à une série des journées ville morte notamment pour exiger la lévée de l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.