Massacre de plus de 50 civils entre le Nord-Kivu et l’Ituri : « La société civile a alerté qui ? » (Anthony Mwalushayi)

La situation sécuritaire reste tendue dans plusieurs villages situés à cheval sur les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Les assaillants présumés de l’Allied democratic forces (ADF) ont multiplié des attaques contre les populations civiles. Alors que des civils ont sauvagement été abattus jusqu’au au lundi 14 mars, l’armée mentionne n’avoir pas été alerté par qui que ce soit.

Selon un habitant de Beu-Manyama joint depuis sa cachette, dans l’après-midi de lundi 14 mars dernier, les assaillants lourdement armés et supposés de l’ADF  massacrent à cœur joie depuis dimanche dernier plusieurs dizaines de civils dans les villages Mambume, Beu-Manyama, Ka-Terrain, Ka-Réseau, situés à la limite entre les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri à une trentaine de Km au Nord-ouest de Oicha, chef-lieu du Territoire de Beni.

« Nous sommes sous crépitement des balles. Toute la population est dispersée. De Mambume-Beu-Mangazi, c’est suspect », a rapporté cet habitant.

La société civile en secteur de Beni-Mbau déplore ce qu’elle qualifie d’inaction des forces de sécurité alertées depuis plus d’une semaine sur la présence des suspects dans cette partie.

« L’ennemi est en train de roder librement. Surtout ceux qui se trouvent dans des champs, à la limite entre le Nord-Kivu et les territoires d’Irumu et Mambasa maintenant ; Ça fait maintenant une année qu’on partage les alertes avec les autorités en place. L’ennemi quitte dans l’Ituri, il massacre chez nous et rentre facilement », déplore George Kivaya, le président de la structure citoyenne.

De son côté, l’armée congolaise ne reconnait pas avoir été alerté par qui que ce soit à ce sujet.

« Je demande à cette société civile de vous dire vous journalistes, que nous avons alerté Antony, nous avons alerté tel commandant, au lieu de parler de l’armée. L’armée c’est trop vague. La société civile a alerté qui ? », s’est interrogé le Capitaine Anthony Mwalushayi.

Néanmoins, le porte-parole du secteur opérationnel Sokola 1 a réitéré la détermination des forces armées de la RDC de neutraliser tous ces assaillants.

Pour rappel, depuis le week-end dernier, c’est plus de soixante (60) civils qui ont été massacrés par les ADF. Une situation qui a provoqué des déplacements massifs des populations civiles.

Siku Provinces

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.