Goma : « La meilleure façon de récupérer les enfants dans les rues pour avoir raté l’éducation scolaire formelle, est de les encadrer dans des centres de formation professionnelle » (Prof Mange Joseph)

Le Professeur Mange Joseph Mahula préconise l’encadrement des enfants qui vagabonde dans les rues au motif d’avoir raté l’éducation scolaire formelle, dans des centres de formation professionnelle. Dans une interview à RADIOMOTO.NET le jeudi 17 mars 2022, il estime que cela permettra à cette catégorie de citoyens, d’être utiles à la nation.

Pour lui, les écoles de rattrapage, les centres de formation professionnelle et/ou d’alphabétisation, sont une roue de secours.

« Le rattrapage scolaire c’est une roue de secours. Depuis 2014, le gouvernement de la République a mis en place des centres de rattrapage scolaire. Aux travers les ministères des affaires sociales et de l’enseignement primaire, secondaire et technique, ils ont développée la stratégie nationale de l’éducation non formelle, pour pouvoir résorber les enfants adolescents en dehors du système formel, pour qu’ils soient utiles. La vision du gouvernement est de construire un système éducatif inclusif », estime-t-il.

Il est vrai que le coup élevé des études en RDC empêche plusieurs enfants d’accéder à l’éducation. À ce niveau, le Professeur Mange demande au gouvernement Congolais d’admettre que tous les enfants ayant raté l’éducation formelle soient formés gratuitement en métier de vocation.

« La formation professionnelle, le rattrapage, l’alphabétisation (,…) devraient être gratuits, à cause de la vulnérabilité des bénéficiaires. Ce ne sont pas des personnes qui ont des ressources suffisantes, pour qu’elles payent de l’argent à la recherche de leur éducation, non! C’est pour elles, un doit inaliénable. Et vous ne devez ou ne pouvez pas demander à quelqu’un de payer pour ce droit là », renchérit-il.

En la seule année 2018, 258 millions d’enfants et jeunes adultes, rapporte une étude publiée par l’organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) n’ont pas été scolarisés dans le monde.

En RDC par contre, rapporte le fonds des nations unies pour l’enfance UNICEF, quoi qu’ayant passé de 5 à 78 % entre 2001 et 2018, le taux net de scolarisation des enfants; 7,6 millions d’enfants d’entre 5 et 17 ans, errent toujours outre école.

John Tsongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.