Kisangani : des consacrés et laïcs disent « non » aux massacres de Beni et Ituri

Des consacrés et fidèles chrétiens de Kisangani disent « non » aux massacres des civils par des groupes armés dont les rebelles d’Allied democratic forces (ADF) à Beni et Ituri, dans l’Est de la République démocratique du Congo. Ils l’ont exprimé à travers une marche pacifique qu’ils ont organisée lundi 28 mars dans cette ville, chef-lieu de la Tshopo.

Les prêtres, religieuses, religieux et fidèles se sont rencontrés en la cathédrale Notre Dame du Saint Rosaire pour implorer l’intervention divine en faveur de la paix dans l’Est de la RDC. Après la messe, les chrétiens manifestants sont partis de la cathédrale pour le gouvernorat de la Tshopo. Une marche ponctuée par la récitation du Saint Rosaire.

Au point de chute, Mgr François MWARABU, Vicaire général de l’Archidiocèse de Kisangani a lu le mémorandum préparé par les manifestants. Ce mémorandum a pour destinataire le Président de la République à travers les autorités provinciales, a résumé ce mardi 29 mars 2022 à RADIOMOTO.NET, le Chancelier de Kisangani. L’abbé Emile BAENDI explique que l’activité a connu une ambiance de calme.

« Nous avons été très bien accueilli par le gouverneur intérimaire de la province de la Tshopo. Dans ce mémorandum, nous avons exprimé notre solidarité à nos frères et sœurs [de Beni et Irumu qui font face aux massacres, Ndlr]. Nous avons plaidé pour une assistance humanitaire et nous voudrions qu’il y ait la sécurité dans leurs villages respectifs. Nous avons aussi plaidé pour les militaires qui sont au front ainsi que les policiers, leur assurer une consistante rémunération pour qu’ils garantissent la sécurité de la population. Et en même temps, nous avons exprimé notre désir de voir les sanctions contre les policiers, les militaires ainsi que les civils qui pratiquent le trafic illicite d’armes, ainsi que l’enrichissement sur le sang des innocents : un business de sang. Nous avons souhaité qu’il y ait une proximité de nos militaires vis-à-vis de nos populations de l’Ituri et du Nord-Kivu », a-t-il insisté.

L’organisation de cette marche pacifique est la matérialisation de l’une des recommandations émises par les Evêques membres de l’Assemblée épiscopale provinciale de Kisangani, (ASSEPKIS) réunis en début mars 2022 à Kisangani.

Dans leur message du 10 mars dernier, ces prélats ont déploré que les dispositifs mis en place en Ituri donnent l’impression de servir à disperser les groupes armés au lieu de les neutraliser. Ce constat amer est contenu dans le message intitulé « Mon troupeau erre… Nul de s’en occupe ». L’ASSEPKIS constate que la tragédie en Ituri se poursuit malgré l’état de siège et la présence de la MONUSCO.

Patient Akilimali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.