Prorogation des opérations mixte FARDC-UPDF : « Mon idéal c’est d’anéantir l’ADF », (Prof Nissé Mughendi)

La prorogation des opérations conjointes entre les forces armées congolaise et ougandaise (FARDC-UPDF) pour deux mois prouvent en suffisance que les deux forces n’ont pas atteint les résultats attendus au cours des six mois de mutualisation de leurs efforts pour la neutralisation des rebelles d’Allied democratic forces (ADF) dans la région de Beni (Nord-Kivu) voire en Ituri. C’est une analyse du professeur Nissé Mughendi, politologue et enseignant à l’Université catholique du Graben (UCG).

Dans une interview accordée ce jeudi 2 juin 2022 à RADIOMOTO.NET et Moto TV, ce politologue cite certains cas de réussite de cette mission conjointe. Le professeur Nissé Mughendi note que ces opérations ont permis de détruire certaines positions de l’ennemi. Ce qui fait que les ADF soient, pour le moment, dans une situation de l’instabilité, analyse-t-il.

Ce dernier espère que durant les 2 mois accordés aux forces conjointes FARDC-UPDF, aboutiront à la restauration de la paix dans l’Est de la RDC.

« Deux mois de prorogation signifient que les six mois n’ont pas suffi et que peut-être, avec les paramètres militaires, ils pensent qu’à deux mois ils peuvent encore serrer les vis pour faire en sorte que la question des ADF soit affaiblie. Mon idéal c’est de l’anéantir. Si on l’anéanti c’est une bonne chose. Mais si six mois n’ont pas suffi, peut-être que deux mois ne vont pas suffire mais, ils pourront quand même aider à l’affaiblir sensiblement et à rendre toute réorganisation des ADF difficile. Et comme il s’en est suivi quand même quelques arrestations ; il y a eu des procès çà et là, je pense que c’est un résultat mi-parcours », a-t-il déclaré.

Pour cet analyste, il est important pour le gouvernement congolais développe des mécanismes pour sa propre défense, au lieu de recourir toujours aux forces étrangères.

Parlant de l’annonce de l’armée ougandaise sur une éventuelle mission conjointe avec l’armée rwandaise pour la traque des FDLR en RDC, le professeur Nissé Mughendi pense que le gouvernement doit jouer à la vigilance.

Il retient que l’Ouganda et le Rwanda ne sont toujours pas en bonne odeur de sainteté, parce que, dit-il, les deux pays n’ont jamais eu les mêmes intérêts dans leurs opérations.

« On sent quand même qu’il y a des bonnes relations entre l’Ouganda et le Rwanda pour de questions sécuritaires ; mais tantôt aussi, le passé nous a renseigné qu’il y a eu des conflits entre les deux. Pour des questions sécuritaires, ils ont intérêt à coopérer. On ne sait pas quel type des relations se sont tissées mais il ne faut pas les sous-estimer. Entre les ADF et autres groupes armés en RDC, les FDLR ont peut-être collaborer. Ce que la RDC aura du mal à gérer, c’est les agendas différents de ces deux pays », a-t-il renchéri.  

Il convient de noter que la signature de la prorogation des opérations conjointes FARDC-UPDF contre les terroristes ADF sur le sol congolais a été signée le mercredi 01 juin 2022. C’était à l’issue d’une réunion tenue à Fort Portal dans le district Ougandais de Kabarole entre les Etats-majors de ces deux pays. Ces opérations conjointes FARDC-UPDF vont s’intensifier jusque dans le territoire de Mambasa.

Kakule Kilumbiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.