Butembo-Beni : la CDJP lance un projet qui vise à contribuer à l’amélioration des conditions de vie des vulnérables à Oïcha

Un projet de contribution à l’amélioration des conditions de vie des populations vulnérables et perspectives de paix dans la commune d’Oïcha en territoire de Beni (Nord-Kivu) a été officiellement lancé ce lundi 19 juin 2023. Il sera exécuté par la CDJP sous le financement de MISEREOR. Les assises y afférentes se sont tenues dans la salle de réunion au bureau de la Commission diocésaine justice et paix (CDJP) à la Procure en ville de Butembo.

L’évêque de Butembo-Beni a été représenté à ces cérémonies de lancement par l’Abbé Aurélien Kambale Rukwata, directeur de la Commission diocésaine justice et paix. Il a mentionné que l’aide que ce projet va apporter aux populations vulnérables vise à les relever afin qu’elles-mêmes répondent à leurs besoins quotidiens.

« Toute aide n’est pas un droit. On peut ne pas vous aider et on n’ira pas en enfer. L’aide ne doit pas remplacer la personne aidée. Il ne faudrait pas que nous puissions vivre éternellement des aides. Thomas Sankara le disait : il faudrait que nous commencions à recevoir de l’aide pour n’est plus dépendre de l’aide après. Je pense que le chargé de programme l’a évoqué, en soulignant l’aide d’urgence, la consolidation de la paix et le développement intégral et durable, pour arriver à autonomiser les populations bénéficiaires à l’avenir », a-t-il déclaré.

Les leaders locaux et participants à ces cérémonies de lancement du projet de contribution à l’amélioration des conditions de vie des populations vulnérables et perspectives de paix dans la commune d’Oïcha en territoire de Beni, ont remercié tous les partenaires qui se sont bousculés pour que l’exécution de ce projet soit effective.

Pour eux, le choix de la commune rurale d’Oïcha est un signe d’amour et de compassion pour les populations qui traversent des moments difficiles.

« Nous disons merci à tous les acteurs de près et de loin, qui ont mis leur effort pour que ce projet soit réalisé. Au nom de tous les miens, nous disons merci pour avoir choisi notre commune d’Oïcha. Les vulnérables, il en y a, et partout. Mais vous avez voulu ciblé notre site. C’est un signe d’amour, de compassion », s’est réjoui l’un des potentiels bénéficiaires dudit projet.  

Dans son mot de lancement du projet, le bourgmestre de la commune rurale d’Oïcha a peint un tableau sombre de la vie de la population vivant dans cette partie du territoire de Beni. Nicolas Kikuku a noté que la population vit quotidiennement sous menace des ADF et alliés, les groupes armés locaux et la sur-militarisation de la région. En conséquence, les habitants n’accèdent pas à leurs champs, aux soins de santé voire à l’eau.

« Notre deuxième menace à Oïcha, c’est l’insuffisance en eau potable. Aujourd’hui, Oïcha a une couverture d’eau potable (…) L’économie d’Oïcha est basée sur l’agriculture. Presque 86% de la population d’Oïcha est agricultrice. Et voilà qu’aujourd’hui, ils sont coupés de leurs champs », a-t-il regretté.

Il sied de noter que ce projet de contribution à l’amélioration des conditions de vie des populations vulnérables et perspectives de paix dans la commune d’Oïcha en territoire de Beni va durer 18 mois à dater du 01 juin 2023, a signifié Prince Kirisale, chef de programme de la Commission diocésaine justice et paix

Kakule Kilumbiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.