Butembo: le Tribunal militaire condamne une femme à 5 ans de servitude pénale pour kidnapping d’enfants

5 ans de servitude pénale et payement d’un million de francs comme dommage à la partie victime. Telle est la peine que requiert le tribunal militaire de Butembo, siégeant en matières répressives au premier degré, contre Madame Masika Wengamulayi Chanceline. Cette dernière est poursuivie pour kidnapping d’enfants.

Le verdict est tombé ce lundi 2 octobre 2023, au cours de l’audience en flagrance tenue à l’auditorat militaire de garnison de Butembo sis sur avenue Semuliki. C’est après la phase des plaidoiries que ce jugement a été prononcé.

La mère de l’enfant Daniel qui s’est constituée en partie civile assistée par maitre Héritier a recommandé au tribunal de retenir les faits portés contre la prévenue et sollicité le payement des dommages.

Dans son intervention, le ministère public représenté par madame capitaine Kahambu Melissa a démontré que lors de la descente sur terrain pour des enquêtes au quartier Matanda, il a été constaté que la prévenue Chanceline a fait des rondes avec les enfants Glodi et Daniel. Des enfants qu’elle utilisait pour escroquer les tenanciers des boutiques.

Des allégations que les avocats conseil de la prévenue ont rejetées. Maitres Josias Musumba et Jules ont estimé que les faits portés contre leur cliente mettent en doute du fait qu’il n’ y a des preuves que leur client avait une mauvaise intention contre ces enfants.

Après délibération, le tribunal a condamné madame Masika Wengamulayi Chanceline à 5 ans de servitude pénale pour l’infraction de détention d’enfants. Elle paiera aussi un million de francs congolais comme dommages à la partie civile et 200 mille francs autres comme frais d’instance.

“Le tribunal militaire la condamne pour 5 ans de servitude pénale (…)”, a insisté le magistrat colonel Pumbulu Masuta Michel.

Maitre Josias Musumba qui a parlé au nom de la partie prévenue pense que le tribunal a pris la décision par sentiment faute de preuves suffisantes.

Kavira, mère de l’enfant Daniel s’est quant à elle dite satisfaite de la décision du tribunal. Elle encourage les gens qui ont peur de porter des plaintes à la justice de le faire car c’est gratuit. Elle conseille à cette occasion les parents à veiller sur leurs enfants pour éviter que ces derniers demeurent dans le viseur des mal intentionnées.

Le tribunal militaire a accordé un délai de 5 jours à la condamnée pour faire appel, si elle se sent lésée.

Joëlle Mwenge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.