J.M du SIDA : FEPSI sensibilise sur le dépistage régulier 

 

En moyenne, 4,8 pourcents de personnes dépistées au Centre Hospitalier FEPSI de Butembo sont porteuses du VIH/SIDA. La révélation a été faite ce vendredi 1er décembre 2023 par docteur Gertrude Kambavira, médecin traitant à cette structure sanitaire. RADIOMOTO.NET l’a abordée en marge de la journée mondiale de lutte contre le SIDA qui se célèbre chaque 1er décembre de l’année. 

Les personnes les plus touchées dans la plupart de cas sont celles en âge de sexualité active (entre 18-48ans). La sous-information sur le mode de prévention est parmi les causes de ce taux élevé de personnes vivant avec le VIH/SIDA. A cela s’ajoute la désorientation de certains malades par les tradi- praticiens.

Notre interlocutrice sensibilise la communauté à se faire dépister régulièrement.

« L’année 2022, nous étions dans le 4 pourcent, à la fin de cette année nous sommes dans le 4,8. Le taux a augmenté, nous nous sommes rendus compte que toutes les tranches d’âge ont été affectées par le VIH/SIDA. La majorité c’est l’âge qui est sexuellement actif, donc entre 18 ans et 49 ans. Les gens ne sont pas informés sur les mécanismes, les modes de transmission et les modes de prévention. Donc il faut sensibiliser la communauté, organiser les dépistages de masses, ça pourrait peut être diminuer la prévalence du VIH/SIDA », sensibilise-t-elle.

Pour cette journée, FEPSI a organisé une journée de dépistage gratuit. Rencontrés sur le banc d’attente de résultat, Grace Mupenda et Kavira Esther ont indiqué avoir fait le dépistage pour se rassurer de leur état sérologique. Ils appellent les autres à faire autant.

« (1) Je suis venu voir mon état de santé, si je ne suis pas attaqué par le VIH. Que les jeunes viennent aussi se faire dépister. Lorsqu’on connaît son état de santé, on se contrôle bien aussi. (2) J’ai l’habitude de venir me faire dépister. C’est très important. Lorsqu’on se retrouve avec la maladie, et qu’on est au dernier stade, on perd la chance d’être sauvé par le personnel soignant. C’est souvent mieux de faite souvent le dépistage », sensibilisent-t-ils.

A la fin de 2022, l’OMS estimait à 39,0 millions, le nombre de personnes vivant avec le VIH dont plus des 25,6 millions vivent dans la Région africaine.

Joëlle Mwenge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.