RDC : voici la réaction de Kinshasa après la création d’un mouvement politico-militaire aillé au M23 par un ancien président de la CENI

La réaction du gouvernement congolais n’a pas tardé 24 heures après le lancement du mouvement politico-militaire Alliance Fleuve Congo (AFC) par Corneille Nangaa, ancien président de la CENI. Entendu sur Radio France Internationale (RFI) le matin de ce samedi 16 décembre 2023, le ministre Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement congolais, regrette que ce mouvement prenne naissance au Kenya, un pays censé jouer un rôle important dans le processus de pacification de l’Est de la République démocratique du Congo.

Bien que le flou persiste sur la structuration de l’Alliance Fleuve Congo, la présence des cadres du M23 inquiète plus d’un congolais, a déclaré Patrick Muyaya.

Il doute aussi de la bonne foi du gouvernement kenyan sur son apport pour la paix en RDC. En tout, le communicateur du gouvernement note que la République démocratique du Congo ne se laissera pas abattre, elle est prête pour faire face à tous les ennemis de la paix qui veulent une fois encore troubler la quiétude de la population.

« Dans l’imaginaire collectif, on ne peut pas comprendre un pays comme le Kenya, avec qui nous travaillons de manière étroite pour le retour de la paix dans l’Est de la RDC, puisse abriter des activités subversives de cette nature. Ils nous doivent des explications », a-t-il exigé.

Pour sa part, Moise Katumbi appelle le congolais à la vigilance face au régime actuel. Selon ses propos relayés par congorassure.cd, « le régime né de Naïrobi en 2018 est en train de créer une diversion, ils sont acculés. Ma lutte est pacifique ».

Pour lui, les criminels de guerre sont connus du peuple et se trouvent tous dans le camp du pouvoir. Il appelle la population congolaise à aller aux élections pour changer la classe politique.

Rappelons que de Nairobi où il s’est exilé, Corneille Nangaa a lancé son mouvement dénommé Alliance Fleuve Congo (AFC). Avec à ses côtés Bertrand Bisimwa, président du M23, l’ancien président de la CENI a déclaré que ce mouvement vise à ramener la stabilité et créer un environnement économique plus adéquat face à l’échec de la politique  actuelle.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.