En mission dans le diocèse de Butembo-Beni, l’organisation allemande MISEREOR se dit “touchée” par les massacres des civils dans l’Est

La souffrance caractérisée par les massacres des civils et les déplacements massifs des habitants que traversent les populations de l’Est de la RDC surtout celles du diocèse de Butembo-Beni touche au plus haut niveau les cœurs des peuples allemands. C’est l’essentiel de la déclaration de Marie Louise, chargée des finances au sein de MISEREOR, une organisation allemande de l’église catholique intervenant dans les initiatives de paix et de développement.

En séjour au diocèse, elle a accordé une interview ce jeudi 8 février 2024 à RADIOMOTO.NET. Pour tenter de répondre tant soit peu aux besoins de la population, Marie Louise note que MISEREOR finance certains projets d’urgence pour soulager les enfants déplacés et la construction des micros centrales hydroélectriques dans les milieux ruraux.

« MISEREOR essaie d’apporter une petite contribution pour améliorer les conditions de vie, tout en sachant que c’est une petite goûte dans l’océan. On ne saura pas prendre en charge tout. J’ai pu constater jusqu’à présent que vous travaillez dans des conditions très difficiles, avec toute l’insécurité qu’il y a dans les régions éloignées. Pour l’instant, je peux dire que je suis ravie de ce qui est réalisé », a-t-elle déclaré.

Madame Marie s’est dite flattée par le travail que la Commission diocésaine justice et paix réalise sur le terrain dans l’assistance aux écoliers déplacés, l’accompagnement psychologique des victimes de la guerre dans le cadre de la consolidation de la paix dans l’Est de la RDC.

C’est dans cette optique qu’elle a affirmé que les pourparlers continuent entre MISEREOR et la CDJP pour les financements d’autres activités liées à la recherche de la paix, malgré les restrictions budgétaires que connaissent plusieurs pays européens.

« La capacité des turbines qui sont en train d’être placées à Katondi, c’est déjà fait. On a un rayon d’action quelque part limité. Mais il y a des pourparlers entre MISEREOR et la CDJP, parce qu’il gère un projet pour Kisesa et Vutswande. On montre notre volonté à continuer de soutenir. C’est le budget qui se discute pour le moment », a-t-elle précisé.

Les travaux de construction des micros centrales hydroélectriques de Katondi en territoire de Lubero, Vutswande et Kisesa Ndondi en territoire de Beni évoluent normalement. L’électricité qui sera produite par ces ouvrages servira dans les structures sociales comme les centres de santé, les foyers sociaux et les ménages.

Kakule Kilumbiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.