Beni : à Eringeti, la société civile déplore les massacres des civils dans des champs de cacao

La société civile d’Eringeti, en territoire de Beni, déplore les massacres enregistrés en cette période de grande récolte du cacao dans cette partie située en cheval entre le Nord-Kivu et l’Ituri. Son président a, dans un entretien avec la presse le 29 janvier dernier, fustigé le fait que dans les zones où les corps des victimes sont récupérés, il s’observe des points de vente de boissons animés par des individus bien connus.

Selon Zawadi Maliro Rachid, président de la société civile d’Eringeti, des civils ne cessent de perdre la vie dans des champs situés à Mutueyi, à l’Ouest de cette agglomération.

Des chefs de cette partie, surtout du côté Ituri, emploieraient certains individus  dans la récolte illicite des produits champêtres dont le cacao. Cela, dans des champs environnants les leurs, et sans autorisation des propriétaires. Ce sont ces voleurs déguisés, qui tueraient les propriétaires de champs.

« En cette période de grande récolte, nous avons perdu plusieurs habitants d’Eringeti dans les massacres. En récupérant les corps de nos compatriotes, nous ne savons pas dire réellement si c’est l’ADF qui tue. Quand nous y arrivons, nous rencontrons des gens qui vendent et prennent de l’alcool. Et nous nous posons la question comment les gens ont été tué dans cette partie? Alors que le chef vend aussi de l’alcool, et héberge des pygmées chez lui. Il ne fuit jamais l’insécurité et reste dans la région », a-t-il déclaré.

La société civile d’Eringeti qui émet l’hypothèse qu’il y aurait certains chefs qui utiliseraient des bandits armées pour récolter le cacao, pense que les autorités sécuritaires devraient traiter la question sécuritaire sérieusement. Elle invite au même moment les agriculteurs à la prudence tout azimute pour n’est pas tombés sous le filet de l’ennemi.

« Aux autorités sécuritaires de la province de l’Ituri, qu’elles nous aident parce que dans cette partie là il y a certains chefs coutumiers qui utiliseraient certains jeunes bandits pour tracasser les agriculteurs en cette période de grande récolte de cacao. Que les habitants soient près à tout dénoncer sans craindre. Si vous avez peur sinon, vous donnez la force à l’ennemi et nous allons perdre beaucoup de nos proches », a-t-il renchéri.

Une vingtaine de corps ont été découverts dans la localité de Babila-Bakaiku à Mamove et les environs. Plusieurs de victimes étaient tuées dans leurs champs durant cette petite saison de récolte du cacao. Dès lors, les habitants ne se rendent plus dans leurs champs pour récolter d’autres denrées alimentaires craignant pour leur vie face aux tueurs.

Glodi Mirembe

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.