Butembo/Tabaski : “L’Islam n’est pas impliqué dans le massacre des civils dans l’Est” (Imam Katavami Abdullah)

La communauté musulmane célèbre l’Aïd al Adha ou la fête du mouton, la Tabaski, dit-on encore, ce dimanche 16 juin 2024. Cette fête rappelle la soumission d’Ibrahim à Dieu, lorsque celui-ci lui a demandé de sacrifier son fils. À l’occasion, tous les musulmans de Butembo ont prié au stade André Van Nevel (ex-Matokeo).

La prière a débuté à 7 heures 30 minutes. Les têtes tournées vers la Mecque (position vers le nord), ces musulmans priaient pour la paix dans l’Est de la République démocratique du Congo en implorant la miséricorde d’Allah.

Après la prière, les enseignements ont pris place. Dans sa prédication, Kakule Katavali Abdullah, imam adjoint de la mosquée Hidaya de Vutahira, a souligné que les différentes épreuves de la vie ne doivent pas briser « notre foi ».

« Lorsque Dieu a mis Ibrahim en épreuve, il ne l’a pas laissé égorger son fils, mais l’a échangé avec un mouton », poursuit-il.

En outre, il démontre, à la même occasion, que l’islam n’est pas impliqué dans les tueries des civils à l’Est du pays, comme l’ont toujours affirmé nombreuses personnes. Kakule  Katavali Abdullah invite tous les musulmans à ne jamais intégrer les groupes des terroristes.

« Chose étonnante, les gens sont en train de s’entretuer comme les animaux. Et cela nous donne vraiment des larmes. Il y a certaines gens qui nous accusent d’être complices avec l’ennemi. Ces affirmations sont tellement fausses. Il faut que les gens sachent que l’islam est là pour sauvegarder la dignité humaine », a-t-il recadré.

Se confiant à la presse, Hassan Kisaka, représentant régionale de la communauté musulmane, a souligné que la Tabaski se fête deux mois et dix jours après la fête du Ramadan.

Cette fête de mouton est célébrée, chaque année, par tous les croyants musulmans. Elle rappelle la soumission d’Ibrahim à Dieu, lorsque celui-ci lui demande de sacrifier son fils et la fin du pèlerinage à la Mecque.

Après le culte officiel à Butembo, les musulmans sont allés fêter dans leurs mosquées et familles respectives.

Rosette Kamukehere

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.