Nord-Kivu : l’activité économique dominée par la vente des boissons alcoolisées en commune de Lubero

La vente des boissons alcoolisées domine l’activité économique en commune rurale de Lubero. Les femmes de cette entité ont exprimé cette désolation le 08 mars 2020 au cours de la journée portes ouvertes organisée par la commission diocésaine Justice et Paix, CDJP. En conséquence, les conflits liés à la  débauche et à l’adultère s’enregistrent régulièrement dans les familles.

Les acteurs dans cette vente sont dans la plupart des femmes, notent les participantes à la journée portes ouvertes. Elles dénoncent en même temps l’utilisation des filles mineures dans les bistrots et la consommation abusive des boissons alcoolisées par les femmes. Comme résultats, les ménages se déchirent et les filles mères se multiplient dans les familles.

« Ça fait de la pitié quand même les femmes mariées se transforment en femmes libres au lieu d’aller cultiver dans les champs. Toi qui as  déjà un foyer officiel, tu vas encore détruire les foyers des autres… », s’est désolée cette femme à côté de qui l’autre ajoute « les jeunes deviennent de plus à plus impolis. Quand ils trouvent une femme dans un bistrot en train de boire, ils profitent pour l’enivrer davantage pour finir par abuser d’elle ».

Conscientes de toutes les conséquences désastreuses dans la vente et la consommation des boissons alcoolisées, les femmes de Lubero conseillent à leurs congénères de créer d’autres occupations. Elles regrettent que la plupart des femmes de Lubero ne pensent qu’à la vente des boissons pour détruire leurs propres familles.

« La vie n’existe pas seulement dans la boisson. Ils sont nombreux ceux qui réussissent dans la vie sans même penser à l’alcool », a conseillé cette femme.

Nos interlocutrices mentionnent que la gestion des enfants nés des filles mineures provoque des tiraillements dans beaucoup de familles pendant le partage de la succession. Elles ont ajouté que la plupart de ces enfants ne connaissent pas leurs pères et ne sont pas non plus enregistrés à l’Etat-civil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *