Beni : « La présumée implication des officiers militaires dans le trafic de munitions est un sabotage contre la traque des ADF » (Magistrat instructeur)

L’Auditeur Militaire Supérieur près la Cour Militaire Opérationnelle du Nord-Kivu considère la présumée implication des officiers militaires et leurs complices dans le trafic de munitions comme un sabotage contre la traque des ADF dans l’Est de la RDC. Joint ce mercredi 17 mars 2021 par RADIOMOTO.NET, le colonel Kumbu Ngoma espère que les aveux de ces officiers FARDC feront avancer vite l’enquête.

A l’entame, l’Auditeur Militaire Supérieur près la Cour Militaire Opérationnelle du Nord-Kivu fait entendre que les présumés auteurs de ce trafic n’ont pas nié les faits. Toutefois, le colonel Kumbu Ngoma Jean-Baptiste nuance que le lieu de destination précise des effets de guerre concernés n’est pas encore connue.

Ce qui l’inquiète, c’est le fait que le présumé acheteur avait déjà été interpelé par les services des renseignements en 2018 pour complicité avec les ADF.

« Les munitions vendues auraient eu pour destination les ADF. C’est un sabotage inouï des officiers militaires et leurs complices », se plaint le magistrat militaire.

Selon lui, les enquêtes amorcées depuis lundi 15 mars pourront durer au moins 10 jours. « Ce sera le temps pour nous d’approfondir les éléments à notre possession pour que nous sachions avec précision où étaient parties les munitions de guerre », précise-t-il.

Au sujet de la demande de la société civile qui souhaite qu’un procès soit rapidement organisé sur cette affaire, notre interlocuteur rassure que la démarche qu’il entreprend a pour finalité un procès. « L’organisation du procès dépend de la Cour à laquelle nous allons transmettre le dossier dès la finition des investigations », rassure le colonel Kumbu Ngoma Jean-Baptiste.

Pour rappel, l’auditorat Militaire Supérieur près la Cour Militaire Opérationnelle du Nord-Kivu a arrêté lundi 15 mars, trois officiers FARDC, un responsable de la sous-station de l’Institut congolais pour la conservation de la nature, ICCN, de Mutsora dans le Secteur de Ruwenzori, trois militaires FARDC, deux éco-gardes et deux civils.   C’est depuis le mois de février dernier qu’un véhicule de couleur blanche fait mouvement vers Mambango au sud de Beni-ville, l’état-major de la 32e Brigade des FARDC, avant de repartir avec des caisses de  munitions.

Lors de la perquisition menée le lundi 15 mars, 82 caisses des munitions ont été saisies dans une maison louée dans la commune de Bungulu, dans la ville de Beni, par le conservateur de la sous-station de l’ICCN de Mutsora.  Les enquêtes sur cette affaire avancent.

Patient Akilimali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *